punch-out-easter-eggs-couverture-fenoweb

Cette semaine, le 18 octobre plus précisément, nous fêtions les 30 ans d’un jeu qui a définitivement marqué notre enfance : Mike Tyson’s Punch-Out!

En 1987, Nintendo décidait de s’associer à un jeune boxeur poids lourds en pleine ascension pour aider les ventes de son jeu de boxe en Amérique du nord et le reste fait partie de la légende.

Punch-Out! est entré dans nos salons avec la NES comme une tonne de brique et le jeu a aidé Nintendo a explosé sur le marché nord-américain.

Deux ans plus tard, en octobre 1989, Nintendo avait écoulé plus de trois millions d’exemplaires de Punch-Out. Le jeu a continué de bien vendre jusqu’à la défaite de Tyson contre Buster Douglas en 1990.

Mais rendu là, il faisait déjà partie de notre patrimoine.

Pour les gens de notre génération, Punch-Out était un jeu frustrant, mais battable.

Tous les adversaires de Little Mac avaient leurs particularités et, avec suffisamment de pratique, on pouvait les conquérir. Même l’intraitable Mike Tyson qui, d’un seul coup de poing, nous envoyait au tapis.

C’est donc dire qu’il fallait jouer et rejouer des heures durant afin de maîtriser toutes les subtilités de Punch-Out! Une répétition qui n’est pas sans rappeler les dépendances aux substances.

Ceci dit, tout du jeu nous a marqué. Des personnages aux séquences d’entraînement, en passant par la musique et les répliques, Punch-Out est un gros morceau de notre jeunesse.

Avec la sortie de la NES Classic Edition et des jeux sur la console virtuelle de la Wii, WiiU et 3DS, par exemple, il est de plus en plus simple de revenir vers ce classique pour s’essayer une dernière fois de «passer le jeu» sans trébucher.

Un exploit encore impressionnant, même pour les adultes que nous sommes devenus.



Commentez cet article