prises

Mon patron est tombé sur une vidéo d’Orange Cassidy, le lutteur qui se bat avec les mains dans les poches et qui attaque avec des mini coups ses adversaires.

Ça peut sembler étrange, mais Orange Cassidy se définit comme un lutteur qui ne veut pas se battre. Son personnage lui permet de donner des matchs humoristiques, des matchs humoristico-impressionnants et des matchs intenses.

J’apprécie beaucoup qu’Orange Cassidy se donne le droit d’être farfelu. L’humour à la lutte, c’est important. Ceux qui espèrent sans cesse que la discipline ne présente que des choses « vraies » devraient regarder des sports de « vrais » combats. La lutte, c’est du divertissement.

À travers le ludisme de la discipline, plusieurs lutteurs se sont démarqués avec des manœuvres loufoques au centre du ring, et ce, sous les acclamations de la foule.

Il y a toujours eu des choses extraordinaires dans des fédérations indépendantes, comme la Chikara, où on peut y voir de l’hypnose, de la téléportation ou des ralentis. Je dresse ici une liste de manœuvres récurrentes qui font partie du move set d’un lutteur ou une lutteuse.

Ne perdons plus de temps. Passons à travers cinq de ces offenses :

5- Scotty 2 Hotty – The Worm

Alors que son adversaire est couché sur le bord des cordes, Scotty 2 Hotty prend le temps de capoter, de sauter sur un pied quatre fois (une fois pour chaque lettre du mot worm épelé par le public), il performe ensuite le worm à quelques reprises avant de se redresser devant son adversaire pour ensuite se laisser tomber en le frappant avec son poing.

Cette offense qui prend énormément de temps brûle encore plus de secondes que les manœuvres similaires comme le People’s Elbow de The Rock, le Five Knuckle Shuffle de John Cena et leur pâle copie, le Ballin’ Elbow de MVP.

Maintenant, l’affaire encore plus absurde est de devoir expliquer l’existence du partenaire d’équipe de Scotty 2 Hotty, celui qui se faisait appeler Grand Master Sexay!

4 – Foley – Mr Socko

Ah non! Mick Foley a inséré de force un bas dans la bouche de son adversaire! Arrêtez le match! Il est fou!

Alors qu’il se faisait appeler Mankind, Mick Foley utilisait le Mandible Claw où il enfonce ses doigts dans la bouche de son compétiteur.

Inspiré par Sam Sheppard, un docteur accusé d’avoir tué sa femme enceinte pour ensuite être acquitté, qui utilisait lui-même cette manœuvre lorsqu’il s’est mis à devenir lutteur sous le nom de Killer Sam Sheppard.

Bref, encore une histoire de mauvais goût derrière de la lutte ce qui ne devrait plus surprendre personne.

Lorsque Mick Foley a présenté Mr Socko aux spectateurs, ce dernier fut enfilé sur sa main. Alors que ce finisher pourrait véritablement faire mal, ça a l’air un peu niaiseux lorsqu’on ne voit qu’un bas se faire enfoncer dans une bouche.

3- Le Stinkface

Je n’ai jamais eu besoin de réalisme à la lutte. Heureusement parce que j’aurais décroché alors que tout s’arrête un moment pour qu’un ou une lutteuse frotte ses fesses sur le visage de son adversaire!

À l’origine, c’était du « ark c’est une grosse personne donc son gros cul est dégueulasse » de l’Attitude Era alors que Rikishi appliquait le Stinkface à ses adversaires.

Évidemment, ça n’a pas pris de temps avant que le Stinkface soit transféré dans les divisions féminines où la manœuvre prenait une connotation sexy, par exemple lorsque Torrie Wilson soulève sa jupe pour le faire.

On peut encore voir un Stinkface en 2019 parce que des foufounes dans le visage de quelqu’un, c’est quand même assez niaiseux pour que ça reste divertissant.

2- Santino Marella – Le Cobra

Le comic relief de la WWE de l’époque, Santino Marella, avait l’habitude de mettre un bas aux allures d’un serpent autour de son bras, de hurler « COBRAAAA » et ensuite donner un coup à la poitrine de son adversaire pour le compte de 3.

C’est tellement niaiseux, mais ça a permis des trucs encore plus loufoques comme voir le Cobra se fait charmer. Une fois qu’on accepte l’absurdité de la lutte, la créativité peut vraiment permettre des extravagances originales du genre.

Clairement un hommage à Mr Socko, le Cobra et Monsieur Bas ont croisé le fer au Royal Rumble 2012.

1- Joey Ryan – Le Dick Flip

À la lutte, on a un move qui s’appelle Le Petit Paquet (qui est aussi le nom du podcast de RDS), Joey Ryan utilise plutôt son paquet afin de renverser son adversaire.

Son pénis cause telle douleur à son opposant, homme ou femme, au point où ce dernier ou cette dernière est physiquement renversé.

Malgré la nature génitale du Dick Flip, Joey Ryan a expliqué qu’il ne s’agit pas d’une attaque sexuelle étant donné que son personnage n’en ressent aucun plaisir de cette nature.

La lutte, c’est niaiseux. Devant l’absence de crédibilité du Dick Flip, Joey Ryan a demandé à un fan d’expliquer la validité d’un simple Irish Whip, le geste d’envoyer son adversaire courir dans les cordes, qu’on peut apercevoir une dizaine de fois par match.

Parce qu’après tout, si on peut faire revoler un adversaire au point qu’il saute par dessus la troisième corde dans un Royal Rumble avec une simple poussée, toutes ces manœuvres loufoques peuvent aussi exister.



Commentez cet article