Un article paru sur le site web du magazine Money, une publication financière de la grande famille de Time magazine, révèle la disparité financière entre les joueuses de soccer versus leurs collègues masculins.

C’est un brin choquant, disons.

La finale de dimanche dernier, que les États-Unis ont remporté avec un doigt dans le nez contre les Japonaises, a été le match de soccer le plus regardé de l’histoire des États-Unis.

La fédération a organisé une parade pour elle, vendredi à New York. C’est la première fois qu’une équipe féminine a droit à une parade après avoir gagné un championnat.

Depuis dimanche, les ventes de marchandises liées aux joueuses et à l’équipe américaine de soccer ont augmenté de 3000 % depuis la finale. Plus de 200 entreprises ont approché la MVP de la Coupe du monde, Carli Lloyd (tour du chapeau en finale) depuis son match, pour la commanditer et lui offrir des contrats de publicités.

On peut donc en comprendre que le soccer féminin commence à être rentable, et populaire. Mais bon, ça l’air que ce n’est pas assez.

Salaire des femmes qui jouent dans la National Women’s soccer league: entre 6 842 $ et 37 800$ par saison. Salaire médian dans la MLS: 100 000.

Abby Wambach, la meilleure marqueuse en compétition internationale de soccer tous sexes confondus, a gagné environ 190 000$ l’année dernière. Soit environ l’équivalent d’une journée de salaire pour Lionel Messi.

Pour avoir gagné la Coupe du monde, l’équipe américaine recevra 2 millions de dollars, alors que l’équipe masculine a engrangé 8 millions $ après son élimination en huitièmes de finale, à la Coupe du monde de 2014. L’Allemagne a récolté 35 millions pour son gain.

Fox a récolté 17 millions $ en publicité pendant la diffusion des matchs de la Coupe du monde féminine, contre 529 millions pour ESPN en 2014, pour la Coupe du monde masculine. Pourtant, je vous rappelle que la finale féminine a été le match le plus regardé de l’histoire.

Les deux joueuses de soccer les plus fortunées sont la Brésilienne Marta et l’Américaine Alex Morgan, qui touchent chacune, avec les revenus de commandites, un peu plus de 400 000$ par année. À part Abby Wambach, aucune joueuse n’aurait empoché plus de 90 000 $ l’an dernier. Notons aussi que la capitaine de l’équipe canadienne, la grande Christine Sinclair, ne figure pas parmi les 10 joueuses les mieux payées.

Lionel Messi touche plus de 44 millions par saison, plus une autre trentaine de millions en commandites. Cristiano Ronaldo, pour sa part, reçoit 45 millions de dollars par saison, un salaire qu’il arrive à doubler en revenus publicitaires.

Pensons à ça, tous ensemble.



Commentez cet article