L’idée de départ de cette chronique, c’est de se servir du sport comme thérapie. Après tout, la psychologie et le sport font une si belle paire, qu’on le regarde ou qu’on le pratique. Comme les débuts de semaine sont particulièrement pénibles maintenant qu’il fait tout le temps noir, je vous propose de vous raconter des histoires. Des récits d’athlètes ou d’équipes qui, millionnaires ou pas, en arrachent.

Prenons les Oilers d’Edmonton de la noble LNH. Au moment d’écrire ces lignes, la capitale de l’Alberta est en liesse, les « memes » et les bonnes blagues visuelles sur Reddit fusent : les Oilers ont gagné un match dimanche soir.

Avant ce court triomphe de 2-1 sur les Sharks, les Oilers avaient encaissé 11 revers consécutifs. Sans blague, le jour de leur victoire précédente, le litre d’essence était à 1,40 $ à Montréal. C’est pour dire.

J’aimerais éviter de perdre votre attention de lecteur 2.0 à étaler les raisons de cette débâcle, alors je ne mentionnerai qu’une seule chose : les Oilers n’ont pas participé aux séries éliminatoires depuis le printemps 2006, soit la belle époque de leur surprenante participation à la grande finale.

Après avoir presque remporté le précieux trophée, la direction de l’équipe a décidé de ne pas retenir les services de Georges Laraque. Peut-on parler de la malédiction du Georges ?

Qu’ils congédient ou non leur entraîneur ne changera pas grand-chose. Les Oilers ne sont tout simplement pas dans la bonne direction. Vous savez, ce haïku qui vous vient à l’esprit en assemblant un meuble IKEA qui, finalement, semble croche ?

Les mauvaises équipes trouvent toujours le moyen de devenir virales. Ils jouent à 4 contre 5 sans même être en désavantage numérique, par exemple.

Difficile à croire, mais ils ont réussi à démolir le mythe voulant que reconstruire mène au succès.

L’entraîneur Dallas Eakins a-t-il perdu la confiance de ses joueurs ? Est-ce que son message passe encore ? Ses jeux de mots ?

Dallas

Si l’hiver s’annonce rude dans le coin, à Edmonton, il sera interminable.



Commentez cet article