C’était inévitable, la venue de Charlotte à Smackdown allait créer un point de rupture dans la division féminine et au lieu de céder la place à l’ancienne reine de Raw, les femmes de Smackdown se sont regroupées sous le leadership de Natalya et elles ont répondu par la bouche de leur canon mardi en interrompant le combat de championnat entre Charlotte et Naomie en finale d’émission.

Quelque chose comme un petit coup d’état qui donnera le ton aux prochaines semaines.

À la bonne heure … en espérant que Charlotte ne retournera pas du côté des gentilles pour contrer cette nouvelle réalité. En fait, idéalement, le tout sera un grand complot orchestré par Charlotte pour s’installer au sommet, mais ça réduirait trop la division féminine si on regroupait plus de la moitié des femmes sous une même bannière.

Dommage, nous ne sommes plus à l’époque de la nWo qui absorbait des membres à un rythme effréné.

Sinon, un Smackdown en dent de scie cette semaine. Voyons voir.

Du chaos et des femmes

À première vue, nous avons un genre de nWo féminine, du chaos organisé derrière la grogne apparente de Natalya qui est tannée de passer après les nouvelles venues. Avec l’aide de Tamina Snuka, Carmela et accessoirement James Ellsworth, Natalya a freiné la chance de Charlotte et nous avons quelque chose à nous mettre sous la dent dans la division féminine de Smackdown. ENFIN! La beauté dans tout ça, Becky n’est pas encore impliquée. On a un bel univers de possible. Ça va faire du bien, les femmes en vedette à Smackdown. C’est la force d’attraction de Charlotte.

Danse à 4

 

Avec Kevin Owens, Sami Zayn, A.J. Styles et Baron Corbin, Smackdown pose ses assises sur un quatuor très efficace qui pourra nous offrir, d’une semaine à l’autre, de la lutte de qualité.

Après tout, c’était la formule de Smackdown à l’époque avec Kurt Angle et Eddie Guerrero, notamment. De la lutte de qualité d’abord et avant tout et les histoires suivront.

Pour l’instant, c’est ce que nous avons. À l’exception d’Owens qui construit le nouveau visage de l’Amérique, tout le reste n’est que confrontation sur la plus primale des prémisses… et pourquoi pas.

Ça fonctionne bien, il n’y a pas de presse et tout le monde y gagne de juste offrir du bon travail à la foule, particulièrement Baron Corbin.

Par contre, A.J. Styles devra graviter autour du titre plus tôt que tard, sinon c’est du gaspillage.

Les présentations s’éternisent pour Shinsuke

Encore une fois cette semaine, Smackdown nous présentait Shinsuke Nakamura, cette fois avec une entrevue interrompue par Dolph Ziggler. 

Le hic, c’est qu’on sait c’est qui le «King of Strong Style», maintenant, il faut lui céder le ring et le laisser opérer sa magie lors d’un match. 

C’est quand même un choix étrange que de miser sur la faiblesse de Nakamura pour le présenter à la foule, surtout avec son accent et la barrière linguistique. Laissons le distribuer des coups de pied comme s’ils étaient en vente de liquidation… c’est ce qu’on veut voir.  Pas des blagues malhabiles qui le compare à Michael Jackson. 

La police du style trouve son rythme

Surprise peut-être, mais les nouveaux aspirants au titre par équipe se présentent au ring avec un selfie-stick et de drôles de chapeaux.

J’aime bien le duo Breezango, ils font du bon travail et ils ont fait leur possible avec une situation pas mal désavantageuse. Un marriage forcé est rarement une bonne nouvelle pour deux lutteurs qui ne trouvent pas leur rythme. Depuis quelques semaines, Breeze et Fandango sont investis et ils récolteront enfin des dividendes.

Les Usos ne seront pas menacés, mais pour l’instant, ça permettra à la police du style d’avoir quelque chose de concret à se mettre sous la dent.

Ça suffit les clichés

Je ne veux pas m’éterniser avec Jinder Mahal, mais hier, c’était navrant.

Maintenant, le «Maharaja» est un riche Indien qui parle Punjabi pour fâcher la foule. C’est tellement ridicule, la WWE n’apprend pas en alimentant, une fois de plus, la xénophobie de son auditoire.

Pas besoin de souligner au crayon gras l’origine ethnique d’un lutteur pour que la foule le perçoive négativement. C’est tellement décevant, trouvez autre chose.

Tout le reste

Rusev donne un ultimatum à Daniel Bryan et Shane McMahon : il veut un combat de championnat, sinon il retourne en Bulgarie. Bon flash, rendons son retour important. American Alpha est en chute libre, malgré une victoire contre les Colon. Ils vont rebondir, mais pas pour l’instant. Où est Luke Harper?

C’est niaiseux, mais j’aime ça quand The Ascension change son maquillage. Tant qu’à ne rien faire de pertinent à la télé, aussi bien s’amuser.

Et vous, vos impressions de ce Smackdown?



Commentez cet article