heel

Les changements d’alignements dans le monde de la lutte sont très communs et, souvent, peu marquants. On passe du côté des gentils ou des méchants comme on change de veste et c’est une façon de relancer le cycle des histoires qui ne se terminer jamais à la WWE, par exemple.

Par contre, un passage chez les méchants peut devenir un souvenir marquant lorsqu’il est bien fait.

Voici donc mes « heel turn » préférés de l’histoire de la WWE/WWF/WCW (puisqu’il s’agit maintenant d’une seule même et grande compagnie)

Flair en passe une vite à Sting

heel

À la fin des années 80 et au début des années 90, Ric Flair et les Four Horseman passaient le plus clair de leur temps à tourmenter Sting et les autres gentils de la NWA et de la WCW.

Mais, les choses changent.

En 1995, Ric Flair était au cœur d’une rivalité contre son bon ami des Horseman Arn Anderson et, contre toute attente, il a demandé de l’aide au Stinger pour égaliser les forces avant un éventuel combat. Flair a déployé beaucoup d’énergie afin de convaincre Sting et, éventuellement, il va dire oui.

Le soir d’un match par équipe prévu opposant Flair et Sting à Anderson et Brian Pillman, Ric Flair se fait attaquer en coulisses quand les caméras ne tournaient pas et Sting devait se débrouiller seul contre deux adversaires. Évidemment, il se fait dominer par les Horseman jusqu’à ce que Flair, en civil, vienne sauver la mise devant une foule en délire.

Au moment où Sting croyait pouvoir enfin donner un « tag » à son partenaire afin de prendre une pause, Flair a instantanément tourné sa veste contre son nouvel allié et, juste comme ça, les Horseman étaient réconciliés contre Sting.

Ric Flair dans toute sa splendeur. Il n’est pas le Dirtiest player in the game pour rien.

CM Punk perd son sourire

heel

Avec le recul, ce n’était pas la bonne décision de le faire, car The Rock a gagné le titre des mains de CM Punk, mais, lors du moment au 1000e épisode de Raw, c’était une belle surprise.

En plein cœur de son populaire règne de champion, Punk s’est tourné contre un The Rock de retour pour sauver la mise. CM Punk affichait clairement son amertume de devoir céder la scène à un lutteur à temps partiel qui réclamait une chance pour son titre sans avoir été présent lors des dernières années.

The Rock, champion corporatif

heel

The Rock, après son passage remarqué au sein de la Nation of Domination, est devenu l’un des favoris de la foule. Son charisme était finalement apprécié et son attitude plaisait aux partisans.

Mais il lui manquait un petit quelque chose pour véritablement passer à la prochaine étape… et c’est là qu’un petit changement d’alignement est venu l’aider.

D’abord opposé aux McMahon, The Rock allait affronter Mankind pour le titre vacant de la WWF aux Survivor Series 1998. Lors du match, on a fait un gros clin d’œil au Montreal Screwjob l’année d’avant et The Rock, bénéficiaire de l’aide des McMahon, allait capturer le titre de la WWF et se présenter comme le Corporate Champion de l’organisation.

Sa rivalité contre Mankind et ensuite Steve Austin allait faire de lui le Great One que l’on connaît aujourd’hui.

Les Mega Powers

heel

En 1987, l’ascension du Macho Man Randy Savage au sommet de la WWF allait se faire aux côtés d’une autre légende de l’organisation : Hulk Hogan.

Les deux hommes, alliés, se nommaient les Mega Powers et pas grand-chose résistait à leur alliance. Durant l’année de l’alliance, Hulk Hogan allait développer une amitié avec la femme de Savage, Miss Elizabeth, et petit à petit on sentait la jalousie du Macho Man se pointer le bout du nez.

Jusqu’au point de non-retour.

Lors d’un match contre le Big Boss Man et Akeem, Savage a accidentellement chuté sur Miss Elizabeth et Hogan a quitté le match avec elle pour l’escorter en coulisses, laissant Savage encaisser la défaite seul. Ensuite, le couvercle a sauté et Savage a tout simplement plaqué sa ceinture violemment contre le visage de Hogan, mettant la table pour leur éventuelle confrontation à Wrestlemania V.

Steve Austin et Vince McMahon, un couple improbable

heel

Stone Cold Steve Austin contre Vince McMahon a propulsé la WWE au sommet de la guerre du lundi soir à l’époque et, au centre de la Attitude Era, une vedette était née en Austin.

C’était impensable de le voir un jour rejoindre les rangs de son patron. C’est pourquoi sa trahison était aussi marquante.

Lors du combat principal de Wrestlemania 17 contre The Rock, Austin a reçu l’aide de Vince McMahon et, ultimement, il allait partir de la soirée avec le championnat de la WWE et un nouvel allié : son patron.

Austin n’a pas été méchant longtemps, c’est pourquoi c’est haut sur ma liste, mais l’impact de la chose était indéniable.

Chris Jericho en a marre de Shawn Michaels

heel

En 2008, Chris Jericho amorçait un nouveau virage loin du personnage de Y2J.

Shawn Michaels, lui, venait d’envoyer Ric Flair à la retraite.

Jericho insinuait que Michaels avait pris un malin plaisir à le faire et, en réponse, Michaels lui a servi un solide coup de pied au menton. Chris Jericho s’est ensuite proposé afin d’officier un match de championnat entre Michaels et Batista lors duquel HBK a simulé une blessure au genou afin de gagner via une distraction contre un Batista plus imposant.

HBK est finalement passé aux aveux lors d’un épisode du Highlight Reel sous les acclamations de la foule. Jericho, exaspéré, a décidé de prendre les choses en mains et il a catapulté Michaels contre l’écran géant de l’émission, le fracassant au passage et blessant HBK au visage.

C’était le virage dont Jericho avait besoin à l’époque et une façon parfaite de le propulser vers un nouveau chapitre.

Les Rockers éclatent

heel

Les Rockers étaient l’une des équipes les plus populaires de la fin des années 80 à la WWF.

Shawn Michaels et Marty Jannetty étaient jeunes et flamboyants. On remarquait par contre une certaine forme de jalousie pointer à l’horizon.

En janvier 1992, après une série de défaites et de difficultés dans le ring, les deux hommes étaient en entrevue à l’intérieur du Barber Shop de Brutus « The Barber » Beefcake et c’est là que tout s’est bousculé. Shawn Michaels a frappé son partenaire de longue date qui a été propulsé au travers d’une vitre du décor.

Un coup de pied légendaire.

On connaît la suite : Michaels a connu l’une des carrières les plus prolifiques de l’histoire et Jannetty, malheureusement, a discrètement quitté le regard du public en raison de problèmes personnels.

Andre the Giant écoute Bobby «The Brain» Heenan

heel

« Andre, what are you doing here with him? »

Cette ligne, lancée par un Hulk Hogan incrédule, allait changer l’allure de la WWF à quelques semaines de Wrestlemania 3.

Andre the Giant est l’un des plus grands gentils de l’histoire. Toujours adulé par la foule et toujours là pour aider les autres, comme Hogan.

Jusqu’à ce que le gentil géant se tanne d’être loin du championnat.

Bobby Heenan est venu alimenter la rancœur d’Andre et il a pris le géant sous son aile pour le mener vers un combat de championnat. Andre allait rester méchant quelques années aux côtés d’Heenan et de sa famille, mais ce moment marquant où il arrache le chandail d’Hulk Hogan restera gravé dans nos mémoires.

Bret Hart et Steve Austin, le « double turn »

heel

Ici, il ne s’agit pas d’une action singulière, mais plutôt d’une circonstance exceptionnelle qui a relancé la carrière de deux lutteurs lors du même combat.

Lors de Wrestlemania 13, Bret Hart et Steve Austin allaient régler leurs comptes après s’être tourné autour durant des mois. Austin, l’agressif jeune loup, a coûté à Hart de multiples combats et il était le clairement le méchant opposé aux vertueux Hart.

Mais les choses ont changé durant le combat.

La foule s’est rangée petit à petit derrière le résilient Austin qui résistait aux attaques du vétéran Hart et, en fin de match, il s’est évanoui durant le Sharpshooter de Bret.

Même après avoir été déclaré le gagnant, Hart n’a pas brisé son étreinte et la suite de l’histoire est célèbre. Steve Austin allait devenir le Stone Cold très populaire et Hart allait se ranger contre la foule en reformant la Hart Fondation. Du grand art.

Hulk Hogan est le 3e homme de la NWO

heel

« This right here is the future of wrestling… »

Ce segment n’a plus besoin de présentation. Après l’invasion de la WCW par les Outsiders Kevin Nash et Scott Hall, une surprise était annoncée pour la soirée Bash at the Beach 1996. Cette surprise était nul autre que Hulk Hogan.

L’ultime gentil, héros des enfants, monsieur vitamines et bonnes valeurs. Hulk Hogan tourna sa veste contre la WCW, à l’époque, en se dévoilant comme le 3e homme derrière l’invasion de Hall et Nash. La New World Order était déclarée et allait changer le visage de la lutte à tout jamais.

Parfois, on cherche trop loin pour nommer les moments les plus marquants de l’histoire de la lutte. Celui-ci est pas mal incontournable. Hulk Hogan, qu’on l’aime ou pas, était plus grand que nature à l’époque et cette décision était l’électrochoc qui a presque coulé la WWF.

Trois petites lettres, la NWO, pour révolutionner une industrie.



Commentez cet article