Bergevin

Si les Hurricanes voulaient surtout troller Marc Bergevin et possiblement ramasser un jeune joueur qu’ils aiment bien, ils ont aussi fait le plus grand plaisir de tous les médias sportifs.

L’offre hostile de Jesperi Kotkaniemi fait encore parler partout au Québec.

La beauté de ce sujet, c’est qu’il apporte une tonne de débats. On peut se demander s’il y en aura une autre ou si le Canadien devrait accoter ou encore mieux, s’ils vont réellement accoter cette offre hostile.

C’est un sujet tellement bouillant que Mise-O-Jeu a permis à ses clients de parier sur la question. Non seulement ceux-ci ont répondu à l’appel, mais ils ont même fait bouger la cote dès les premières heures.

Le pari de Bergevin

Au départ, tu pouvais plus que doubler ton argent (2,25) en pariant que le Canadien n’allait pas égaler l’offre des Hurricanes. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les parieurs québécois ont sauté sur cette occasion. Depuis hier midi, moment auquel Mise-O-Jeu a publié le pari, 85% de l’argent est entré sur l’option « Non ».

C’est majeur et notable parce que le travail de Mise-O-Jeu est d’attirer autant d’argent sur les deux options et ça n’a clairement pas été le cas cette fois-là. Ça montre que le marché, ou du moins ceux qui sont assez confiants pour appuyer leur opinion avec leur argent durement gagné, croit que c’est fini pour Jesperi Kotkaniemi à Montréal. C’est ce qu’une distribution aussi inégale nous laisse croire du moins.

Il faut dire que c’est assez étrange de voir un gars retiré de l’alignement en finale de la Coupe Stanley signer un contrat de 6,1 M$. Selon les rumeurs, le Tricolore parlait plutôt d’un salaire moyen de 2,5 M$ avec KK. Il y a un écart considérable entre les deux chiffres et c’est ce qui rend ce scénario aussi rare un peu plausible.

Un autre facteur qui rend ce scénario un peu plus probable, c’est que le Canadien reste muet sur les réseaux sociaux. Habituellement, quand on égale une offre (et on s’en rappelle dans le cas de Aho), l’organisation visée réagit rapidement. À la place, c’est plutôt tranquille dans les réseaux du Tricolore depuis l’annonce des Hurricanes. C’est signe que les dirigeants explorent toutes leurs options et c’est leur travail dans cette situation.

L’une de ces options est de monnayer les choix obtenus si jamais Bergevin laisse partir Kotkaniemi. À ce niveau, le nom de Christian Dvorak revient assez souvent et le fit semble assez évident pour justifier ces rumeurs.

Ça ne veut pas dire que ça va arriver, mais toute cette fumée explique pourquoi la très grande majorité des parieurs sont prêts à croire que Jesperi Kotkaniemi sera le premier joueur à changer d’équipe via une offre hostile depuis Dustin Penner en 2008.



Commentez cet article