Montage - Luc G

Au cours des prochaines semaines, quelques journalistes de RDS vous raconteront des moments marquants de certaines couvertures qu’ils ont effectuées au cours du temps. Cette semaine, on vous raconte la fois où notre collègue, Luc Gélinas a peut-être un peu trop parlé.

Luc Gélinas est un vétéran de la salle des nouvelles. Il couvre le Canadien depuis toujours, mais même un vétéran de la trempe de Luc G a toujours des leçons à recevoir.

L’histoire se déroule le 18 février 2009. Le Canadien est en déroute depuis le temps des fêtes après un excellent début de saison. L’équipe lutte pour une place en séries, qui semblait acquise quelques semaines plus tôt.

Luc s’apprête à faire un direct au bulletin sports, animé par Chantal Machabée. Jacques Demers accompagne Chantal en ondes, puisqu’il analyse le rendement du Canadien.

Quelques minutes avant le début du direct, Luc jase avec Chantal et M. Demers via la caméra et les micros des trois intervenants. Nous sommes donc hors d’ondes pour les gens à la télévision, mais quelques personnes à la station de RDS et dans l’entourage du Canadien ont accès à ce qu’on appelle le canal interne. Il s’agit de tout ce qui est capté par les caméras et, sans les publicités.

« Puis, mon Luc, qu’est ce qui se passe avec le Canadien ces temps-ci? », questionne M. Demers avant le début de la conversation en ondes.

Luc part : « Tu le sais mon Jacques. Le bordel est pris. Tout est tout croche. L’ambiance est épouvantable. On ne sait pas trop qu’est ce qui se passe avec les frères Kostitsyn et Roman Hamrlik. Tu as des joueurs qui se pognent le beigne et Steve Bégin est assis dans les estrades même s’il se défonce à chaque jour. »

M. Demers rit aux éclats. Plus il se bidonne, plus Luc en ajoute.

« Puis Carbo, – entraîneur-chef à ce moment – comment il gère ça, ce groupe-là », demande M. Demers.

Je vous rappelle que nous sommes toujours hors d’ondes.

« Bin qu’est-ce que tu veux qu’il fasse avec ça, Jacques? Il coach des pas bons. Quand Carbo jouait, il se responsabilisait lui-même. Il s’attend à ce que ses joueurs se responsabilisent eux aussi », rétorque Luc, devant un public conquis.

Luc, peux-tu venir ici, svp?

Luc effectue son direct en ondes quelques minutes plus tard, avec des mots qui se prononcent à l’écran et quelques couches de nuances ajoutées.

La première période se déroule, puis Luc effectue une entrevue d’usage avec Roman Hamrlik durant l’entracte. Quelques secondes et l’entretien est terminé.

« Luc, est-ce que tu aurais deux minutes pour moi, s’il vous plaît. »

La question provient de Donald Beauchamp, ancien responsable des communications chez le Canadien.

« Oui, Donald, qu’est-ce que je peux faire pour toi? »

« Lorsque nous sommes sur la route, – le match était à Washington -, notre instructeur du vidéo, Mario Leblanc, utilise le canal interne de RDS pour avoir accès au plus grand nombre de reprises disponibles des joueurs du Canadien. Il ne prend pas celui des Capitals, puisque les reprises sont axées sur les joueurs des Capitals. Tout ça pour te dire que lorsque tu as fait ton spectacle avant ton direct, tous les entraîneurs réunis dans le bureau du coach t’ont entendu, parce qu’on était pluggué sur le canal internet de RDS. »

Les yeux de Luc prennent soudainement la forme d’une boule de billard. Il réalise la gaffe, puis… pouffe de rire. Il est crampé : « t’es pas sérieux, toi là. Bon, bin au moins, ils vont savoir ce que je pense de l’équipe », répond Luc.

« Donald avait l’air de se dire. Puis, il trouve ça drôle en plus cr***. »

Le hamster qui tourne

N’empêche, le hamster de Luc tourne pendant la fin de la rencontre. « J’ai tu été irrespectueux envers Carbo pour essayer de faire rire Jacques », s’interroge-t-il.

Luc G repasse la conversation dans sa tête, puis il en vient à la conclusion qu’il a été incisif, mais pas irrespectueux. « Tu te poses quand même la question, parce que tu n’es pas certain à 100% », admet-il.

La rencontre prend fin et Luc G doit se rendre au point de presse donné par… vous avez deviné.

Luc se plante donc devant Carbo. Pas question de jouer à la cachette. Il lui pose la première question. Le point de presse prend fin et Luc accroche Carbo avant son départ.

« Hey Carbo, j’ai su ce qui s’est passé. J’espère que je n’ai pas été irrespectueux. »

« Aucun problème Luc, lui lance l’entraîneur-chef du Canadien. Viens me voir si tu as des questions, je vais t’expliquer ce qui se passe, off the record. On prendra un café. »

« Carbo a été vraiment correct, avec moi. Il n’était pas fâché du tout et comprenait que ça fait partie de la game. »

Sauf que le café ne s’est jamais pris. Carbonneau s’est fait congédier quelques semaines plus tard, le 9 mars.



Commentez cet article