bieber

La débâcle des Giants de la semaine dernière ainsi que toute l’histoire d’Odell Beckham et ses amis sur le yacht ont alimenté encore plus la Justin Bieber Curse.

Car voyez-vous, une théorie commence à prendre forme dans le monde du sport. Lorsqu’un athlète est vu avec Justin Bieber, l’équipe dudit sportif a une solide contre-performance, communément appelée « game de marde » ou dans certains cas, on parle plutôt d’un pays au complet qui connait ce qu’on pourrait nommer « tournoi de marde ».

Voici les pièces à conviction :

L’équipe d’Espagne

bieber

Twitter

En 2014, Bieber publie une photo en portant l’uniforme de l’équipe nationale d’Espagne, les champions en titre de la Coupe du monde. Une belle mention comme quoi il est partisan de l’équipe accompagne la publication.

RÉSULTAT : L’Espagne est éliminée dès le premier tour et perd notamment 5-1 contre les Pays-Bas.

La panne soudaine des Steelers

En 2014, Bieber va rejoindre des joueurs des Steelers à une séance de lecture de la bible le samedi avant le match contre les Jets. Peut-être voulait-il prouver qu’il peut être un petit ange… Les Steelers avaient une fiche de 6-3 et avaient démoli leurs adversaires 51-34 et 43-23 les deux semaines précédentes. Ben Roethisberger avait amassé 12 touchés contre aucune interception au cours de ces deux matchs. RÉSULTAT : Le dimanche suivant la présence de Bieber avec certains joueurs, Pittsburgh frappe un mur vert et perd son match 20-13. Roetlisberger retombe sur Terre avec 1 seul touché contre 2 interceptions.

Le logo des Blackhawks

Ceci n’a aucun effet sur les performances de l’équipe, mais dude, tu fais juste pas ça!

RÉSULTAT : Ça mérite une bonne gifle.

Le party avec les Giants

Cela nous amène à la fameuse soirée du 1er janvier dernier où les receveurs des Giants en congé ont décidé de faire la fête avec Bieber à Miami et d’aller faire un tour sur un yacht le lendemain.

RÉSULTAT : 4 ballons échappés au premier quart dont deux dans la zone des buts. Défaite des Giants malgré une belle performance défensive, surtout en première demie.

La malédiction de Bieber n’est peut-être pas encore aussi évoluée que la Madden curse, mais tout cela se bâtit à petit feu.

Quelle sera la prochaine manifestation de la malédiction de Bieber?

Vous pouvez le suivre grâce à ces Bieber Tracker (ici, ici et ici).

Croisez-vous les doigts qu’il ne se rapproche pas de votre équipe fétiche.



Commentez cet article