Megan Rapinoe

Décembre oblige, on retourne dans les événements de la dernière année afin d’en extraire les meilleurs moments. Megan Rapinoe et le triomphe de l’équipe de soccer américaine en fait certainement partie pour les performances sur le terrain lors de la dernière Coupe du monde – tout comme le Ballon d’or remporté par Rapinoe la semaine dernière.

Mais il y a aussi toute la prestance à l’extérieur du terrain de Rapinoe qui, en plus d’excellent avec un ballon, a tenu tête au Président des États-Unis, a mené de front un combat sur l’égalité des salaires dans son sport et a prêté sa voix en support aux gens de la communauté LGBTQ+ en parlant de sa propre relation avec Sue Bird et de ses questionnements sur son orientation durant sa vie.

Ouf!

L’année de Megan Rapinoe

Pour souligner cette grandiose année pour Rapinoe, le magazine Sports Illustrated a lancé sa semaine ainsi.

La couverture du SI est frappante – sans mauvais jeux de mots. Rapinoe, tout en puissance, termine l’année en étant élue «Personnalité sportive» selon le magazine et c’est pleinement mérité.

Rapinoe est seulement la 4e femme à recevoir l’honneur seule en 66 ans de publication. Le magazine couronne aussi des équipes ou des groupes, comme les Warriors de Golden State l’an dernier, ou encore elle divise la couverture avec deux ou plusieurs athlètes, comme J.J. Watt et Jose Altuve en 2017.

Serena Williams, en 2015, est la dernière femme a avoir reçu l’honneur avant Rapinoe cette semaine. Sinon il faut remonter à Mary Deck en 1983 pour y voir une femme seule en couverture de l’édition annuelle du Sports Illustrated.

C’est quand même étrange cette disparité. On dit ça, on dit rien.

Célébrons donc l’incroyable année de Megan Rapinoe et continuons de souligner l’importance d’une équité des sexes dans les opportunités sportives. On l’a souvent dit ici sur Balle Courbe – le sport n’est pas une histoire de garçons, mais bien une grande expérience humaine que l’on gagnerait à partager tous ensemble.



Commentez cet article