Jean-Sébastien Giguère et les Ducks de 2003

Présenté par :

À la surprise de plusieurs, le Canadien a non seulement écarté les Maple Leafs lors du premier tour des séries, mais la Sainte-Flanelle a aussi balayé les Jets lors du deuxième tour.

Une vitesse historique, assurément, mais c’est loin d’être la première fois qu’une surprise secoue le rythme des séries éliminatoires dans la LNH.

Loin de là.

Inspirés par le vent dans les voiles de nos Glorieux, revisitons cinq des plus grandes surprises de l’histoire des séries de la Coupe Stanley. Gardez ça en tête avant de faire vos prédictions et vos paris pour l’équipe qui est «supposée» tout gagner.

Les Oilers en 2006

Avec 124 points lors de la saison 2005-2006, les Red Wings ne pensaient pas suer trop trop en affrontant les Oilers qui n’avaient pas remporté une série lors des huit dernières saisons.

Avec une brochette de vétérans incluant les Yzerman, Shanahan, Lidstrom, Lang et Chelios, le pauvre Dwayne Roloson devant la cage d’Edmonton n’avait, sur papier, aucune chance.

Et pourtant.

Les Oilers ont éliminé les Red Wings en six matchs en remportant les deux derniers de la série. C’était les derniers coups de patins de Steve Yzerman et l’équipe d’étoiles des Wings a regardé les jeunes Oilers faire le travail.

Les Blackhawks de 1938

Pourquoi on remonte aussi loin qu’en 1938? Parce que les Blackhawks ont remporté la Coupe Stanley malgré une fiche perdante durant la saison.

Le président de la LNH de l’époque, Frank Calder, croyait tellement pas aux chances des Hawks contre les Maple Leafs lors de la finale que la Coupe Stanley avait été envoyé à Toronto directement. Le trophée n’était même pas sur la glace lors du triomphe des Hawks.

Avec une fiche de 14-25-9 lors de la saison, les Blackhawks entraient à reculons en séries. L’attaque, la pire de la LNH, ne s’imposait pas du tout.

Mieux encore, les Hawks ont envoyé un gardien des Ligues mineures appartenant aux Maple Leafs, Alfie Moore, pour les affronter en raison d’une blessure à leur gardien partant. Ah oui, et la légende veut que Moore, avant le match, était au bar en train de boire puisqu’il ne devait pas jouer.

Cette Coupe ne devait pas se matérialiser pour les Hawks, et pourtant.

Les Ducks en 2003

Jean-Sébastien Giguère, lors des séries de 2003, était sur toutes les lèvres.

Le gardien des Ducks a tellement joué de grosses séries qu’il a remporté le trophée Conn Smythe malgré la défaite de son équipe en finale.

La série contre les Red Wings, notamment, a donné des matchs remporté par un but seulement dont un en 3e prolongation où Giguère a affronté plus de 60 tirs.

Lors de la série contre les Stars, aussi, Giguère a résisté lors d’un match jusqu’à la 5e prolongation. Une séquence complètement folle pour une équipe que personne voyait aussi loin.

Les Kings en 1982

Le «Miracle on Manchester» est l’une des séries historiques de la LNH. Pourquoi? Parce que les Kings, au début des années 80, ont freiné la puissante bande de Wayne Gretzky à Edmonton avant leur dynastie.

À leur troisième saison dans la LNH, les Oilers avaient 48 points de plus au classement que les Kings à la fin de la campagne. Tout le monde voyait l’équipe voguer jusqu’en finale derrière les 212 points de Gretzky.

Tout le noyau des Oilers était déjà en place avec Gretzky, Messier, Kurri, Anderson, Coffey et Fuhr devant le filet.

Dans une série de cinq matchs, les surprises sont plus nombreuses, mais celle-ci était quand même tout simplement inconcevable. Les Kings de Marcel Dionne, par contre, ont tout donné en sortant les Oilers avant de se faire pointer la sortie par les Canucks au tour suivant.

Si vous ne le saviez pas, les Oilers ont remporté 5 Coupe Stanley en 7 ans dans les années 80. En 1982, le tout aurait pu être devancé d’une saison sans le miracle des Kings sur la rue Manchester.

Les North Stars de 1991

Les Kings de 1982 ont freiné les puissants Oilers et les North Stars de 1991, eux, ont lancé un bâton dans les roues de Mario Lemieux et Jaromir Jagr.

Sans toutefois leur voler la victoire.

Oui, on voulait inclure les jeunes North Stars dans la liste puisqu’ils ont fait le ménage dans l’Ouest avant d’aller chauffer les fesses des Penguins lors de la finale. Sous la tutelle de Bob Gainey derrière le banc, les très négligés Stars ont éliminé, tour à tour, les Blackhawks (avec la meilleure fiche de la saison), les Blues et les Oilers avant d’aller rejoindre Super Mario.

Les North Stars, c’était l’ultime équipe de négligés avant de les voir déménager à Dallas. On voulait les inclure et vous rappeler une grande finale entre Mike Modano et Mario Lemieux.

Et aussi, ce souvenir.



Commentez cet article