Super Bowl XXXVI – avec une fiche de 11-5 en saison régulière et menés par le jeune quart Tom Brady, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre avaient la lourde tâche de freiner l’une des attaques les plus intimidantes de l’histoire de la NFL : le «Greatest Show on Turf» des Rams de St-Louis mené par Kurt Warner et ses acolytes.

La table était mise pour un grand match, une deuxième présence en trois saisons pour les Rams à l’ultime rencontre de l’année.

Pour les Patriots, c’est un rêve inespéré que de participer à ce match après le difficile début de saison. Avant même le botté d’envoi, l’entraîneur des quarts Dick Rehbein succomba à une crise cardiaque. Ensuite, les Pats ont perdu leurs deux premiers matchs en plus de perdre leur quart partant, Drew Bledsoe, en raison d’une blessure. Son remplaçant, Tom Brady, avait à peine touché au ballon dans la NFL.

Personne ne savait à l’époque que le début d’une dominante dynastique se dessinait.

Les Rams amorçaient le match comme les grands favoris des parieurs par un écart de quatorze points, une marge énorme pour un match de championnat. On ne donnait pas cher de la peau des jeunes Patriots contre une attaque aussi dominante.

Et pourtant – c’est la défensive de ces mêmes Patriots qui a volé le spectacle, permettant au pied d’Adam Vinatieri de sceller le triomphe de la Nouvelle-Angleterre.

Ty Law a marqué le premier touché du match au milieu du 2e quart. Un défenseur devance l’attaque dévastatrice des Rams, contrainte à trois points jusqu’au quatrième quart lors de ce match.

En fait, les Patriots menaient 17-3 au début du quatrième quart avant la timide remontée des Rams qui ont égalisé le pointage, laissant le ballon à Tom Brady et à l’attaque des Pats pour une dernière séquence.

9 jeux et 53 verges plus tard, Vinatieri complète le rêve avec un placement de 48 verges et même s’il ne remporte pas le titre de joueur par excellence du match, il sera avec le recul le grand héros des Patriots avec son sang-froid au moment le plus stressant de sa carrière.

Derrière l’audace d’un jeune Tom Brady, la sagesse de Bill Belichick, une défensive agressive et le pied béni de Vinatieri, les Patriots ont remporté un premier Super Bowl en 2001, amorçant du même coup l’ère des matchs du Super Bowl en février, chose jamais vue avant celui de 2001.

Depuis, Tom Brady, Bill Belichick et les Patriots comptent cinq Super Bowl en sept participations. Tout cela a débuté lors du Super Bowl XXXVI, le jour où le «Greatest Show on Turf» a passé le flambeau aux innovateurs Patriots de la Nouvelle-Angleterre.



Commentez cet article