belgique

À quoi ça tient ? Alors que la Belgique tout entière est encore sous le choc de la non-sélection de Radja Nainggolan (le milieu de terrain de la Roma ne rentre pas dans les plans tactiques du sélectionneur Roberto Martinez, selon ce dernier), voilà que l’équipe nationale est encore ébranlée par une affaire… pour le moins singulière. En effet, Señor Martinez (le coach des Diables rouges est Espagnol), avait dans un premier temps livré à la presse une liste de 28 noms fin mai, liste qui devait ensuite être réduite à 23, avec une annonce finale aujourd’hui, 4 juin.

Sauf que. Sauf que la Belgique est un peu le pays du surréalisme et que les cinq noms qui ne verront pas le Mondial russe ont peut-être été dévoilés… à cause d’une histoire de matelas. Explications :  La chaîne de télévision néerlandophone VRT décide de réaliser un reportage dans l’entreprise qui confectionnera les matelas sur mesure des joueurs belges. Souci, ceux-ci portent des étiquettes au nom de chaque joueur (logique), bien visibles à la caméra. Le quotidien Het Laatste Nieuws croit même savoir quels sont les cinq Diables non repris, à cause de ces étiquettes qui en ont trop dit.

Même si la société de fabrication et l’Union belge (la fédé de soccer noir-jaune-rouge) ont toutes deux démenti, arguant que non, la liste définitive n’est pas connue, cette anecdote ubuesque fait les choux gras de la presse européenne. Mais n’y a-t-il pas encore plus original pour annoncer sa sélection ? Balle Courbe a  imaginé plusieurs manières de balancer sa liste des 23 avec style.

PORTUGAL : 100 % Ronaldo

belgique

Crédits photo : Getty Images

Pourquoi s’embarrasser d’un entraîneur quand on a l’omnipotent et omniscient Cristiano Ronaldo dans ses rangs? Au moment de livrer au monde les 23 Portugais qui représenteront le pays champion d’Europe en Russie, ce n’est pas Fernando Santos, mais CR7 lui-même qui prend place devant les journalistes lusitaniens. Le quintuple Ballon d’Or se racle un peu la gorge, et présente son groupe sans sourciller. Inévitablement, il est composé de 23 Ronaldo.

FRANCE : la revanche de Rabiot

La France aussi vit son petit psychodrame, qui prend ici la forme de la position de réserviste d’Adrien Rabiot avec les Bleus. Une disgrâce pour le Duc, qui a tout simplement refusé ce statut et signifié à Didier Deschamps qu’il n’irait pas à la Coupe du monde, même en cas de blessure d’un des milieux de terrain français.

Et voilà que 229 ans après la Révolution, le Parisien s’empare de la Bastille du soccer français et publie sa propre liste à emmener en Russie. Une décision qui ne manquerait pas de piquant pour un Versaillais. Revanchard jusqu’au bout, le royal Adrien rappelle Hatem Ben Arfa, Karim Benzema, , Franck Ribéry, Samir Nasri et sort même Nicolas Anelka de sa retraite pour emmener le groupe français vers le titre suprême, 20 ans après.

Mondial

Adrien Rabiot en Louis XIV, comparaison royale | @Andre_TDY

ANGLETERRE : éternel Rooney

belgique

Crédits photo : Getty Images

Stupeur au moment de l’annonce de la sélection anglaise. Gareth Southgate égrène les noms un à un. Devant son poste de télévision, Wayne Rooney, un peu trop rempli de bière, n’y croit pas : il n’est pas repris par l’ancien défenseur devenu coach des Three Lions. Ivre de rage (mais pas que), le visage rougeaud, l’attaquant quitte précipitamment le continent américain et les négociations avec DC pour gueuler en mondovision depuis le siège de la fédé brittonne qu’il doit être repris avec l’équipe d’Angleterre et qu’il s’autosélectionne à la place de ce blanc-bec d’Harry Kane.

Seul hic, Wayne a déjà oublié qu’il a pris sa retraite internationale en août 2017, restant sur un championnat d’Europe calamiteux. Les ravages de l’alcool.

URUGUAY : vorace Suarez

Mondial

@PassionFootClub

On aurait dû connaître les 23 joueurs uruguayens qui allaient représenter leur pays à la Coupe du monde ces jours-ci. Malheureusement, impossible pour Óscar Tabárez, le sélectionneur de la Celeste, de remettre la main sur la feuille où il a couché sa liste. On apprendra plus tard que c’est bien Luis Suarez qui l’a dévorée d’un coup, confondant le morceau de papier avec l’épaule de Giorgio Chiellini. Mince, alors…

ÉGYPTE : une vieille connaissance

Le pays des Pharaons vit un petit drame depuis que Sergio Ramos a fait ippon sur Mohamed Salah. Une prise de judo qui a blessé le maître à jouer égyptien pour quelques semaines. Il est donc possible de voir le sympathique Mo’ absent lors d’un ou deux matches de Coupe du monde. Pour le remplacer, Héctor Cúper n’a pas hésité et a sorti Ramsès II de sa naphtaline pour alimenter le marquoir. Offensif et doté d’un fort leadership, le troisième pharaon de la XIXe dynastie possède par ailleurs une forte expérience (logique, il a plus de 3000 ans) et pourrait être l’un des hommes-clés de ce Mondial.

Mondial

@quellodiarte

Une ombre au bas-relief, malgré tout, il n’a plus été rappelé en sélection depuis la rencontre contre les Hittites à Qadesh. À suivre, donc…



Commentez cet article