Montage - Ray Rice et Kareem Hunt

NDLR Cette chronique date de décembre 2018 quand Kareem Hunt a d’abord été libéré par les Chiefs. On jugeait pertinent de la remonter à la suite de l’annonce de sa suspension de 8 matchs qui soulève, une fois de plus, de nombreuses questions sur la ligne de conduite très discutable de la NFL.

Vendredi, TMZ dévoilait une vidéo montrant l’ancien porteur de ballon des Chiefs de Kansas City Kareem Hunt lors d’une altercation dans un hôtel où il s’en prend physiquement à une jeune femme de 19 ans aux petites heures de la nuit.

Quelques heures après le dévoilement de la vidéo, qui date de février dernier, les Chiefs ont cérémonieusement libéré Hunt de son contrat et Roger Goodell a placé le joueur sur la liste d’exception du commissaire, c’est-à-dire que même si une autre équipe le réclame, il ne pourra pas jouer, s’entraîner ou assister à une quelconque activité officielle de la NFL.

En bref, Hunt est barré jusqu’à ce que le dossier se règle.

De mauvais souvenirs de Rice

Ceci n’est pas sans rappeler la tristement célèbre affaire Ray Rice, lui qui, en 2014, y était allé d’un épisode de violence conjugale particulièrement graphique. La vidéo était apparue sur le web en février 2014 et la suspension initiale de deux matchs du commissaire était rendue en juillet. La NFL avait conduit son enquête interne durant la saison morte et, en prenant la version des faits de Rice, elle jugeait que deux matchs suffisaient.

Puis, en septembre, une autre vidéo encore plus graphique fait la ronde des médias et la NFL se retrouve avec un scandale d’opinion publique sur les bras. Cette fois, il n’y a pas de place à l’interprétation alors que l’on voit Rice clairement frapper sa conjointe au visage en plus de la traîner par les pieds alors qu’elle est inerte au sol à la sortie d’un ascenseur. Le jour même, les Ravens libèrent Rice et la NFL le suspend indéfiniment. C’était la fin de sa carrière.

Faisons un bond de 4 ans et l’histoire de Kareem Hunt fait la une des médias de nombreux mois après les actes, ce qui ressemble passablement, à quelques virgules près, à l’affaire Ray Rice, même si Goodell avait promis à l’époque que la ligue serait plus pointue avec ses enquêtes internes.

Plus tôt cette année, l’incident impliquant Kareem Hunt et son entourage était venu aux oreilles des Chiefs et de la NFL. La ligue et l’équipe ont discuté avec Hunt avant de faire une enquête interne et, finalement, aucune sanction n’a été portée contre le joueur. Hunt a amorcé sa deuxième saison chez les pros sans soucis. Ce n’est que lorsque TMZ a dévoilé la vidéo, comme dans l’histoire de Ray Rice, que la NFL a dû réagir face à l’opinion publique.

Dans les deux cas, la ligue souligne que l’accès à la vidéo lui a été refusé et que les versions des joueurs avaient été suffisantes afin de tirer l’histoire au clair. Les Chiefs, dans leur communiqué après le congédiement de Hunt, mentionnaient que le lien de confiance était brisé puisque Hunt n’avait pas été honnête dans sa version des faits.

Pardonnez-moi l’anglais, mais « No Shit Sherlock ».

Pas la première fois

On a fortement critiqué la NFL au cours des dernières années pour ses scrupules plutôt absents quand vient le temps de punir les joueurs fautifs à l’extérieur du terrain. Pensons à Greg Hardy, il y a quelques années, ou cette semaine encore Reuben Foster qui, après avoir été libéré par les 49ers suite à une histoire de violence conjugale, a été rapidement réclamé par les Redskins de Washington.

Il y a aussi les histoires nébuleuses impliquant des joueurs comme Tyreek Hill qui, à l’université, a été reconnu coupable d’avoir frappé sa copine enceinte dans le ventre afin de lui faire faire une fausse couche en plus d’autres actes violents. On pourrait aussi parler du passé trouble d’Ezekiell Elliott qui est présentement le meneur au niveau des verges chez les porteurs de ballon.

Revoir les priorités

Bref, la ligue et les propriétaires s’en foutent pas mal de la bonne conduite des joueurs, tant que ça n’éclabousse pas trop le produit sur la place publique. Quand ça arrive, on ajuste, mais sinon on distribue les petites tapes sur les doigts pour se faire bonne conscience. Par contre, le couperet tombe très vite quand un joueur consomme du cannabis — ça, c’est grave aux yeux de la NFL.

Battre des femmes, bah, tant que le joueur peut faire gagner des matchs on peut vivre avec selon la logique de Goodell et de la NFL.

Si vous pensiez que la NFL s’était améliorée depuis le temps, voici la démonstration concrète que non et le rôle premier de Roger Goodell n’est pas de faire la discipline, mais bien de remplir les coffres des propriétaires d’équipes. La ligne de conduite, c’est un écran de fumée pour ne pas nuire à la profitabilité de l’entreprise, rien de plus.

C’est fâchant parce qu’on adore le sport, mais les individus rendent le tout particulièrement difficile à défendre au quotidien.



Commentez cet article