M. Marc Bergevin
Directeur général
Club de hockey Canadien

23 juin 2015

M. Bergevin,

           La présente a pour objectif de vous aider dans votre préparation pour le repêchage de la LNH, les 26 et 27 juin prochains à Sunrise, en Floride.

Alors que votre équipe de recruteurs et vous en sont dans les dernières étapes de votre évaluation d’espoirs, je tenais à vous informer que je ne me rapporterai pas au Club de hockey Canadien si vous me sélectionnez. Je ne crois pas qu’il s’agirait d’une décision judicieuse pour l’avenir de l’organisation.

Plusieurs facteurs expliquent ma décision. D’abord, malgré des centaines et peut-être des milliers d’heures de jeu comme gardien de but dans la rue d’à côté et des ligues de hockey cosom, je ne crois pas qu’un homme ayant récemment eu 30 ans et possédant mon bagage limité d’expérience a les capacités de développer suffisamment son jeu pour répondre au niveau d’excellence de la LNH. Mon absence d’expérience sur glace représente aussi un énorme point d’interrogation.

Ensuite, toutes les équipes de la LNH ont ignoré mon nom lors du repêchage de la LNH depuis ma première année d’admissibilité en 2003. Et malgré les bons mots des copains du cosom du dimanche, je ne crois pas avoir suffisamment amélioré mon niveau de jeu par rapport à 2003 pour justifier enfin ma sélection. D’ailleurs, on compare toujours mon style devant le filet à celui de Craig Billington ou de Kelly Hrudey.

De plus, j’ai beau admettre que le repêchage de 2003 est reconnu comme un des meilleurs de tous les temps, j’ai toujours sur le cœur que la direction de l’époque du Club de hockey Canadien n’ait même pas tenté de faire mon acquisition lors de la neuvième et dernière ronde. Je veux bien croire que Jaroslav Halak est devenu un joueur établi dans la LNH, mais je pense que votre prédécesseur aurait évité quelques maux de tête si j’avais été repêché à la place de Halak.

Je vous souhaite donc la meilleure des chances sans moi,

Alexis Bélanger-Champagne

Note : cette lettre est une œuvre de fiction et ne représente pas nécessairement l’opinion de l’auteur, de l’employeur de l’auteur et du site ballecourbe.ca. Elle est une parodie inspirée d’une lettre reçue la semaine dernière par le directeur général des Rockets de Houston, dans la NBA:



Commentez cet article