Taylor Hall lors de son repêchage

Le 25 juin 2010, la LNH présente son repêchage annuel et la cuvée est particulièrement relevée.

On ne le savait pas à l’époque, mais les Oilers allaient amorcer une rare séquence de trois premier choix global consécutif, de 2010 à 2012. Avec le recul, l’évaluation des trois sélections est plus périlleuse, particulièrement quand on se penche sur le cas de Taylor Hall en 2010.

Bon ou mauvais choix?

Taylor Hall au 1er rang

Après une carrière impressionnante avec les Spitfires de Windsor, Hall était sur le radar de toutes les formations de la LNH, mais il n’était pas le choix évident au premier rang. Tyler Seguin, notamment, était perçu comme le premier espoir en Amérique et Mikael Granlund faisait tourner des têtes en Europe.

Les Oilers devaient donc trancher.

Steve Tambellini et son équipe ont sélectionné Hall au tout premier rang même si plusieurs experts voyaient un besoin au centre pour la formation. Par contre, c’était difficile de passer par-dessus Hall en raison de ses excellents résultats juniors et de ses comparaisons avec des grands ailiers comme Pavel Bure (selon TSN).

Donc, dix ans plus tard, est-ce que les Oilers ont fait le bon choix?

Une cuvée remarquable

2010 a donné à la LNH un bassin de joueurs talentueux. Après Hall au premier rang, Tyler Seguin a été sélectionné au 2e rang et Ryan Johansen au 4e rang. On parle ici de trois joueurs étoiles. Sinon, Jeff Skinner (7), Vladimir Tarasenko (16), Cam Fowler (12) et Evgeny Kuznetsov (26) ont aussi été sélectionné en première ronde.

Les Oilers auraient peut-être préféré avoir Tyler Seguin dans leur formation, mais est-ce que l’équipe aurait connu de meilleurs résultats pour autant? Difficile à dire, mais on ose croire que non.

Pour ce qui est d’évaluer Hall, c’est un mélange de circonstances et de situation.

La carrière de Hall a été marqué par les blessures et en six saisons à Edmonton, il a joué plus de 70 matchs seulement deux fois. Sa seule saison complète de 82 matchs a probablement été sa moins efficace au niveau des points par match et c’était la saison avant d’être échangé aux Devils. À l’été 2016, Edmonton a sacrifié son ancien premier choix afin de faire l’acquisition d’un défenseur cruellement manquant à la formation et l’équipe croyait qu’Adam Larsson représentait une belle opportunité.

Dix ans plus tard

Donc pour Hall, c’est un bilan de six saisons avec sa première formation avant d’aller remporter le trophée Hart avec sa nouvelle équipe en 2018.

Par contre, c’est difficile de ne pas voir sa seule saison de presque 100 points dans la LNH comme une anomalie. Depuis, il est encore souvent à l’écart du jeu et peine à rester sur la glace pour produire au niveau de son talent. Tyler Seguin, même s’il n’est pas resté longtemps avec les Bruins, brille par sa constance depuis plusieurs saisons avec les Stars.

Alors, avec le recul, est-ce que les Oilers regrettent la sélection?

Taylor Hall est clairement le meilleur de leur trois premiers choix consécutifs (Ryan Nugent-Hopkins en 2011 et Nail Yakupov en 2012), mais il n’a pas changé le visage de l’équipe comme on le souhaitait à l’époque en le sélectionnant.

Dix ans après, c’est un peu le bilan avec Hall. Un bon joueur, mais pas un grand joueur.



Commentez cet article