chiefs texans series nfl partisan karma

C’est immanquable. Chaque fois que je regarde un match et que je quitte l’écran des yeux une minute, que ce soit pour aller à la cuisine ou au petit coin, je rate un but, un revirement important ou un jeu spectaculaire.

Du moins, c’est l’impression que j’ai. Et je ne suis certainement pas le seul!

Dans la même veine, même si la défaite de votre équipe semble inévitable, vous ne devriez jamais quitter votre siège ou tout éteindre avant que le temps au cadran ne soit entièrement écoulé. Selon la croyance populaire, c’est lorsqu’on abdique que l’improbable se produit.

Dimanche, un fervent partisan des Chiefs de Kansas City s’est servi de cette superstition hautement répandue pour tenter de changer l’allure de la partie.

Le sacrifice suprême

À la fin du premier quart, un spectateur s’est dirigé vers la porte du Arrowhead Stadium, afin de porter chance à son équipe favorite. À ce moment, la formation de Laurent Duvernay-Tardif tirait de l’arrière 21-0 face aux Texans de Houston.

C’est, du moins, ce qu’il a affirmé dans une vidéo qu’il a partagée sur Twitter.

Finalement, les Chiefs ont marqué 41 points sans riposte, en route vers une victoire de 51-31.

C’est peut-être à cause de l’issue de la partie que ces images se sont répandues comme une traînée de poudre. Elles ont même fait jaser jusque dans le vestiaire des vainqueurs.

Selon la chroniqueuse Nancy Armour (USA TODAY), après la rencontre, quelqu’un a demandé à Patrick Mahomes ce qu’il pensait de ce fan qui avait quitté le stade, afin d’influencer le karma. « Qu’il regarde le prochain match de chez lui », aurait répondu sèchement le quart-arrière. Haha!

Malheureusement, le héros du match n’a pas eu l’air d’avoir apprécié ce sacrifice. Le fan concerné peut se consoler en se disant qu’il a eu ses 15 minutes de gloire, et que même Balle courbe a parlé de lui.

(Crédit : Big Buck Chuck/ Twitter via Bardown)

***

Suivez-moi sur Twitter : Vin100Noel

Pour lire mes autres chroniques, palmarès et nouvelles insolites, cliquez ici



Commentez cet article