Paul Craig c. Hill

Cette fin de semaine, l’UFC 263 a démontré que le spectaculaire Israel Adesanya était encore une fois au sommet de son art et de la planète combat avec son étincellante victoire contre son aspirant Marvin Vettori.

Dans la même soirée, Brandon Moreno a offert une sortie éclatante pour enlever la ceinture des poids mouches et Nate Diaz a malheureusement raté son retour dans la cage avec une défaite.

Par contre, le combat qui a attiré notre attention est celui opposant Paul Craig à Jamahal Hill.

Pourquoi? Parce que c’était à la fois le pire et le meilleur du sport.

Craig et son TKO foudroyant

Lors du premier round, sur le dos, Craig a capturé le bras de Hill et, ultimement, la séquence lui vaudra un arrêt de l’arbitre. Mais étrangement, ce n’est pas la clé de bras qui a fait le travail, mais plutôt les coups répétés au visage.

Parce que, pour une raison qui nous dépasse, Jamahal Hill n’a jamais abdiqué même s’il avait le bras fracturé et l’officiel n’a pas remarqué que le bras de Hill était pendouillant durant l’échange de coups.

Oui, pendouillant est le mot qu’on utilise parce que la fracture est au niveau de l’articulation du coude et c’est clair, à la reprise, que l’avant-bras n’est plus connecté à grand chose.

Avec le recul, c’est terrifiant comme scène.

On ne sait pas ici s’il faut pointer du doigt l’officiel et sa réaction lente ou le combattant qui s’est acharné malgré sa très fâcheuse situation. Dans les deux cas, c’est particulièrement dangereux pour l’avenir du combattant.

Après le combat, Craig a avoué qu’il sentait le bras inactif de son adverse, mais comme l’arbitre n’arrêtait pas le tout, il se devait de continuer et gagner le combat.

On aurait aimé voir l’arbitre réagir plus rapidement, mais d’un autre côté, c’est difficile de bien le déterminer dans le feu de l’action. Sauf que c’est pas le genre de scène qu’on espère voir souvent.

Prenez soin de vous, même dans les combats.



Commentez cet article