Dans une industrie sportive plus « business » que jamais, les mascottes sont l’outil de divertissement complémentaire par excellence. Elles ramènent l’aspect du jeu, le vrai, aux partisans. La série Peluches au pouvoir vous plonge dans cet univers ludique en dressant un portrait de toutes sortes de créatures : des plus reconnues aux plus bizarroïdes en passant par les déstabilisantes sans bon sens.

LE GORILLE DES SUNS DE PHOENIX

Équipe : Suns de Phoenix, NBA

Race : Primate athlétique

Couleur : Noir

Date de naissance : 1980

Taille : Proportionnelle à celle du gars qui porte le costume…

Particularités : Maîtrise inégalée des « trampoline-dunks »

***  

Là, vous vous demandez sûrement quel est le rapport entre le soleil et un gros gorille poilu qui fait des singeries sur un terrain de basketball ? Très perspicace comme question. J’aime ça, vous êtes allumés. Mais sachez que l’organisation a quand même essayé d’avoir un lien plus direct avec le nom de l’équipe. En fait, le fruit de leur premier essai était une mascotte en forme de tournesol (ou SUNflower). Inutile de dire que l’aventure a lamentablement échoué.

Arrive un certain Henry Rojas, employé d’une entreprise de télégramme chanté qui a comme contrat de livrer un message au match des Suns. Habillé en costume de gorille, il se présente au stade et fait sa prestation. À sa sortie, les gardiens de sécurité lui suggèrent de rester et de faire des simagrées sous le panier pendant les pauses. The rest is history comme qu’ils disent !

Quelques faits intéressants sur ce primate :

– Intronisé au temple de renommée des mascottes en 2005.

– Une des seules mascottes qui est mieux reconnue par son statut de « gorille des Suns » que par son nom officiel : GO.

– Reconnu pour ses slam dunks spectaculaires, le gorille est le premier à utiliser un trampoline pour effectuer ses prouesses.

– Pendant les matchs, il s’entraîne à la manière de Rocky : push-ups sur le terrain, ascension des escaliers à la course, le tout accompagné de la musique du célèbre boxer. Pas mal athlétique, le gorille…

– Comme on peut le voir dans la vidéo suivante, ce ne sont pas tous les joueurs de l’équipe qui sont charmés par ses pitreries.



Commentez cet article