choix

Depuis les années 90, l’organisation du Tricolore a réussi quelques belles prises lors des séances de repêchage.

Brendan Gallagher (choix de 5e ronde), Andrei Markov (choix de 6e ronde) et Jaroslav Halak (choix de 9e ronde) comptent parmi les noms qui me viennent spontanément en tête.

Mais ce n’est pas toujours comme ça.

Cette liste de joueurs sélectionnés par le CH prouve à quel point les dépisteurs sont parfois à côté de la track

Bon, on le sait, c’est facile à dire quelques années plus tard. Néanmoins, pour tourner le fer dans la plaie, spécifions que ce sont tous des choix de première ronde.

Ouch!

Année du repêchage : 2014

Nikita Scherbak

Choix de première ronde des Canadiens (26e au total) : Nikita Scherbak

L’ailier droit a montré de belles choses dans la Ligue américaine avec, entre autres, une récolte de 30 points en 26 rencontres avec le Rocket de Laval en 2017-2018. Malheureusement pour lui, il n’a jamais été capable de répéter ses exploits offensifs dans la grande ligue et les Kings de Los Angeles l’ont finalement réclamé au ballottage en décembre 2018. Il a fait un bref séjour de huit matchs avec le club avant d’être rétrogradé avec le Reign de l’Ontario. En 2019-20, il a tenté sa chance dans la KHL avec l’Avangard Omsk, avant de faire ses valises pour le Traktor Tcheliabinsk. Des expériences qui se sont avérées peu concluantes.

En passant, Brayden Point était toujours disponible lorsque Trevor Timmins a parlé.

Année du repêchage : 2013

Michael McCarron

Choix de première ronde des Canadiens (25e au total) : Michael McCarron

Décidément, 2013 et 2014 n’ont pas été des années fastes pour Trevor Timmins et son équipe. Le gros attaquant américain Michael McCarron n’a jamais su combler les attentes que l’organisation montréalaise avait envers lui. En octobre 2019, il n’a pas été réclamé au ballottage. Ça en dit long.

En 69 parties avec la Sainte-Flanelle, le colosse n’a récolté que 2 buts et 6 passes en plus de cumuler 110 minutes de punition. Décevant.

Au moment de faire son choix au 25e rang, le Tricolore pouvait toujours choisir Shea Theodore, Ryan Hartman, Tyler Bertuzzi, Zach Sanford, Pavel Buchnevich et Jake Guentzel.

Année du repêchage : 2010

Jarred Tinordi

Choix de première ronde des Canadiens (22e au total) : Jarred Tinordi

L’imposant défenseur américain de 6 pieds 6 pouces et 230 livres était censé devenir un pilier défensif avec le CH, mais sa carrière n’aura jamais levé. Après quelques séjours avec le Tricolore entre les campagnes 2012-2013 et 2015-2016, Tinordi a finalement pris le chemin de l’Arizona dans une transaction qui a emmené le fameux John Scott à Montréal (tout juste avant que ce dernier ne participe au Match des étoiles de 2016 et qu’il ne devienne une légende).

À la fin du mois de mai 2019, Tinordi s’est entendu avec les Predators de Nashville sur un contrat à deux volets pour une durée de deux ans. Disons que c’était pas mal sa dernière chance de montrer ce dont il est capable. Il a disputé 28 rencontres en 2019-20 (5 pts, 34 min au cachot).

En 2010, après le 21e choix, Kevin Hayes, Evgeny Kuznetsov, Charlie Coyle et Justin Faulk attendaient toujours que leur nom soit appelé quand le CH a fait sa sélection. Ça fait mal.

Année du repêchage : 2006

choix

Choix de première ronde des Canadiens (20e au total) : David Fischer

Le défenseur n’a pas disputé un seul match dans la LNH.

Milan Lucic, Brad Marchand et Claude Giroux étaient toujours disponibles au moment de la sélection… Imaginez ces joueurs avec un chandail bleu-blanc-rouge sur le dos!

Année du repêchage : 2000

choix

Choix de première ronde des Canadiens (16e au total) : Marcel Hossa

Ce nom ne passera pas à l’histoire. Vraiment pas.

Cette année-là, les Rangers avaient pris un beau risque en sélectionnant un certain Henrik Lundqvist au 205e rang!

Année du repêchage : 2004

choix

Choix de première ronde des Canadiens (18e au total) : Kyle Chipchura

Le joueur de centre a marqué 4 buts en 68 rencontres avec le Tricolore.

Dire que Mike Green, Alex Goligoski ou Pekka Rinne aurait pu porter l’uniforme des Glorieux.

Année du repêchage : 2001

choix

Choix de première ronde des Canadiens (25e au total) : Alexander Perezhogin

L’attaquant a disputé deux saisons à Montréal, avant de prendre un aller simple pour la KHL. Au moins, il a bien tiré son épingle du jeu là-bas (12 saisons).

Jason Pominville et Patrick Sharp étaient libres comme l’air à ce moment.

En 2001, le CH avait aussi repêché Mike Komisarek en première ronde (7e au total). Mince, très mince consolation.

Année du repêchage : 1996

choix

Choix de première ronde des Canadiens (18e au total) : Matt Higgins

Ce joueur de centre a cumulé un impressionnant total de 3 points en 57 parties dans la Ligue nationale.

Zdeno Chara aurait pu jouer à Montréal… Les Islanders ont mis le grappin sur le défenseur format géant en troisième ronde.

Année du repêchage : 1995

choix

Choix de première ronde des Canadiens (8e au total) : Terry Ryan

Aucun but, aucune passe et 36 minutes de pénalité en huit matchs…

Rien d’autre à ajouter, je suis sans mots.

Année du repêchage : 2003

choix

Choix de première ronde des Canadiens (10e au total) : Andrei Kostitsyn

Ces joueurs attendaient toujours d’être repêchés lorsque le CH a opté pour Kostitsyn : Ryan Getzlaf, Dustin Byfuglien, Jeff Carter, Zach Parise, Ryan Kesler, Corey Crawford, Corey Perry. Sans oublier Shea Weber et Patrice Bergeron… Eh oui.

Mentions honorables

Mentions honorables à Jason Ward (repêchage de 1997), David Wilkie (repêchage de 1992), Brad Brown (repêchage de 1994) et Louis Leblanc (repêchage de 2009).

Oh et à Doug Wickenheiser, le tout premier choix lors du repêchage de 1980. Denis Savard et Paul Coffey étaient alors libres comme l’air!

Les points d’interrogation

Vous serez d’accord qu’il est encore trop tôt pour se prononcer sur Jesperi Kotkaniemi. N’oubliez pas qu’il soufflera seulement 20 bougies le 6 juillet 2020. Par ailleurs, même si j’ai bon espoir que le troisième choix du repêchage 2018 jouera un rôle important au sein du Tricolore, avec du recul, j’avoue que je n’aurais pas détesté voir Brady Tkachuk ou Quinn Hughes dans l’uniforme bleu-blanc-rouge…

Concernant Noah Juulsen, le jeune défenseur que Montréal a sélectionné au 26e rang en 2015, des migraines et des problèmes de vision ont ralenti sa progression. Il se sent mieux, c’est encourageant.

En espérant que les futures sélections de l’organisation ne fassent pas partie de ce palmarès peu reluisant dans quelques années.

À suivre…

***

Je vous invite à me suivre sur Twitter

Pour lire mes autres chroniques, palmarès et nouvelles insolites, cliquez ici



Commentez cet article