Carmelo Anthony avec les Blazers

Lundi soir dans la NBA, Carmelo Anthony s’est invité dans le top-10 des meilleurs marqueurs de l’histoire dans la défaite des Blazers contre les Hawks.

Maintenant à 27 318 points en carrière, Melo devance Elvin Hayes au 10e rang de l’histoire et à moins d’une catastrophe il devrait devancer Moses Malone au 9e rang cette saison avec 27 409 points.

Carmelo Anthony doit marquer plus de 91 points en 7 matchs, soit une maigre moyenne de 13 points par match. C’est pile sa moyenne cette saison dans un rôle plus restreint comme vétéran avec les Trailblazers.

À bientôt 37 ans, Anthony n’a plus énormément de saisons à jouer. C’est peut-être même sa dernière. Alors, on peut se demander, comment situer le prolifique marquer dans l’histoire.

La place de Carmelo

Carmelo Anthony est le 3e choix du fameux repêchage de 2003 dans la NBA, le même que LeBron James (1), Dwyane Wade (5) et Chris Bosh (4). Après son bref passage à Syracuse dans la NCAA ponctué d’un championnat national, Carmelo Anthony était un joueur d’impact annoncé dans la NBA et sans LeBron et la surprise causée par Darko Milicic au 2e rang, Anthony aurait sans doute été la vedette de son repêchage.

Mais l’histoire en a voulu autrement et la carrière de Melo est difficile à bien cerner.

À son meilleur, c’était l’option numéro un à l’attaque pour les Nuggets et les Knicks. À la même époque, c’était aussi le second violon derrière un Allen Iverson vieillissant et une vedette un peu capricieuse avec une équipe en reconstruction à New York.

Depuis 2017, Melo est un nomade qui change de formation et de rôle en laissant planer la fin de l’aventure.

Le hic quand il faut évaluer Melo, c’est le manque de succès avec ses équipes. Les Nuggets et les Knicks n’ont rien cassé au sommet de la forme d’Anthony. Oui, il a remporté le championnat des pointeurs en 2013, mais c’est essentiellement tout. On ne peut pas lui attribuer le mérite de ses trois médailles d’or olympique et, en séries, il a une belle moyenne de points (23 par match), mais n’a jamais participé à la grande finale.

C’est un brin problématique quand on le compare au reste du top-10 des meilleurs marqueurs de l’histoire.

1. Kareem Abdul-Jabbar
2. Karl Malone
3. LeBron James
4. Kobe Bryant
5. Michael Jordan
6. Dirk Nowitzki
7. Wilt Chamberlain
8. Shaquille O’Neal
9. Moses Malone
10. Carmelo Anthony

Karl Malone est le seul joueur de cette liste sans championnat. Malone, par contre, à deux titres de joueurs par excellence à son nom et il s’est frotté deux fois à Michael Jordan lors de la finale de la NBA, sans succès. Il était aussi avec les Lakers en 2004 quand les Pistons ont empêché l’équipe de remporter un 4e titre en 5 ans.

Sinon, le top-10 sont des joueurs au Temple avec des bagues de championnat.

Carmelo, lui, on se le demande. Doit-on l’envoyer au Temple et récompenser ses prouesses à l’attaque? Doit-on lui restreindre l’accès en raison de son jeu unidimensionnel?

La question se pose et les opinions sont divisées.

Carmelo Anthony est sans aucun doute l’un des meilleurs joueurs offensifs de l’histoire, mais il joue à une époque où plusieurs de ses rivaux sont tout simplement meilleur que lui.

Alors, s’il n’est pas le meilleur de son époque, ni même d’une année de son époque, où se trouve-t-il dans l’histoire?

On surveille le tout jusqu’à sa retraite.

Une chose est certaine, Melo n’a jamais lâché malgré les hauts et les bas de sa carrière.



Commentez cet article