Il y a plusieurs théories et théorèmes étranges dans le sport. Au football par exemple, il y a une règle selon laquelle le résultat de la partie des Redskins juste avant les élections présidentielles peut en prédire le résultat. Et moi, j’ai ma propre théorie, quoiqu’un peu moins sociopolitique. Elle concerne les numéros de jersey. Plus particulièrement, les joueurs qui choisissent d’arborer le numéro 69.

Marteau dans tête GIF

 

Selon moi, un joueur qui a consciemment choisi le 69 comme numéro qui le représente, ça ne vole pas très haut. Après tout, aucun des temples de la renommée de la NFL, de la NBA, de la MLB et de la LNH ne souligne la carrière d’un joueur avec le numéro 69. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est des crétins (parce qu’ils sont beaucoup plus forts que moi et courent très vite), mais selon ma théorie, leur niveau de maturité serait équivalent à celui d’un enfant de 12 ans et leur intellect serait semblable à celui d’un gars qui porte un t-shirt « The man / The legend ».

The man, The legend

Dans la majorité des ligues professionnelles, le phénomène est plutôt rare. Au baseball, les chiffres supérieurs à 60 sont souvent utilisés en camp d’entrainement et les joueurs ne les préconisent pas en saison régulière. Au hockey, seulement deux joueurs ont déjà arboré le numéro 69, et l’un d’eux, Andrew Desjardins, a ensuite changé son numéro pour le 10. Quant à la NBA, le numéro 69 fait partie des numéros de jersey qui n’y ont jamais été portés.

Ce n’est que du côté des linemen au football que le phénomène de 69 est omniprésent. Et ce, évidemment, à cause de la manière de diviser les numéros selon les positions dans une équipe. Les linemen ne pouvant choisir que des chiffres entre 60 et 79 ainsi que 90 à 99, il n’est donc pas étonnant que tous les numéros 69 se retrouve sur le dos des mastodontes de plus de 6 pieds et de 300 livres.

Et le numéro de chandail n’est pas une mince affaire. Les athlètes étant souvent superstitieux, ils accordent une grande importance aux chiffres. Lorsqu’il est arrivé à Dallas en 1995, Deion Sanders a offert à Alundis Brice une BMW de l’année aux couleurs des Cowboys afin de récupérer le chandail numéro 21. Chad Johnson a fait changer légalement son nom de famille à « Ochocinco » pour rappeler le 8 et le 5 de son jersey.

Et il y a une gang qui décide de faire une blague d’étudiants de secondaire 1 en prenant le numéro 69… parce que c’est SI drôle le sexe oral en simultané! (J’en conviens, je suis certaine que certains ont des anecdotes loufoques de 69 qui ont mal viré, mais on ne parle pas de ça ici!)

Le joueur qui exemplifie à merveille ma théorie est Jared Allen.

Mesurant 6 pieds 6, pesant 255 livres, le linebacker des Bears de Chicago exhibe à la fois le numéro 69 et la coupe Longueuil. Au secondaire, il a perdu des offres de grandes universités et des bourses parce qu’il volait des albums de finissants. Il a déclaré que le mullet n’est pas une coupe de cheveux, mais un mode de vie.

Ce gars-là n’a pas choisi le numéro 69 parce que c’est l’année où l’homme a marché sur la Lune. Non ce dude-là, glousse sûrement encore comme une fillette chaque fois qu’il voit le 69 sur son chandail. Parce que LOL… le sexe!

Voilà. La prochaine fois que vous verrez un joueur de foot avec le numéro 69, vous pourrez rouler vos yeux en chœur avec moi… et l’imaginez avec un t-shirt « the Man / The legend »!

The man Jared Allen



Commentez cet article