cannabis

Au cas où vous ne le saviez toujours pas (les médias ont à peine traité du sujet au cours des derniers jours), c’est aujourd’hui que la loi sur la légalisation de la marijuana entre en vigueur au Canada. Les habitants du pays pourront donc acheter du pot dans des succursales prévues à cet effet ainsi que sur le web, en toute légalité, au grand dam de Michel Bergeron.

Dans le milieu sportif, la légalisation du weed ne devrait pas avoir une grande incidence puisque les grandes ligues professionnelles n’ont pas changé leur politique en la matière; il est toujours interdit d’en consommer sous peine d’amende et/ou de suspension.

Qu’à cela ne tienne, de nombreux sportifs ont été de fervents avocats de la consommation de marijuana lors de leur carrière. Mais qui sont-ils?

En voici quelques-uns.

Ross Rebagliati

cannabis

Vous souvenez-vous de Ross Rebagliati ? Non, c’est pas le dude qui écrit les bandes dessinées de Paul. C’est plutôt le planchiste canadien qui a gagné la toute première médaille d’or olympique de snowboard en 1998, année où le sport a fait ses débuts aux Jeux.

Malheureusement, l’athlète avait testé positif au THC (il a mis la faute sur la fumée secondaire) et s’était fait retirer sa médaille, pour finalement se la faire redonner un peu plus tard, le THC n’étant alors pas encore sur la liste des substances interdites.

Rebagliati est donc devenu un peu malgré lui un porte-parole de la marijuana. Il en a toutefois bien profité : il a été invité au Tonight Show de Jay Leno et a démarré sa propre compagnie de cannabis médical, Ross’ Gold. Il doit être milliardaire aujourd’hui.

Ronda Rousey

cannabis

Crédits photo : Getty Images

On ignore si Ronda Rousey consomme elle-même du pot, mais elle est définitivement contre son interdiction dans son sport.

Après que Nick Diaz ait reçu une suspension de cinq ans de la UFC en raison d’un test positif à la marijuana, Rousey s’est farouchement opposée à la sanction. La célèbre combattante a en fait affirmé être contre le dépistage de la marijuana, point.

Selon elle, le pot n’est pas une drogue qui améliore les performances, et les tests de dépistage sont motivés par des raisons politiques qui n’ont rien à voir avec le sport.

Cliff Robinson

cannabis

Crédits photo : Getty Images

Si Cliff Robinson a connu une aussi longue carrière dans la NBA (il est 8e de l’histoire de la ligue pour le nombre de matchs joués), c’est grâce à son usage du cannabis. Du moins, c’est ce qu’il prétend. L’athlète de 6’10’’ en consommait pour soulager douleur et anxiété.

Mais la NBA ne voyait pas la marijuana aussi positivement que lui. Celui que l’on surnommait Uncle Cliff a été suspendu trois fois pour son usage du cannabis.

Robinson a récemment tenté de se lancer en affaires avec Uncle Spliffy, une compagnie de marijuana développée spécifiquement pour les sportifs. Le succès ne semble toutefois pas avoir été au rendez-vous, si l’on se fie au peu de résultats de recherche sur le web.

Randy Moss

cannabis

Quand il était au secondaire, Randy Moss ne semblait pas promis à une brillante carrière dans le football professionnel.

Sa consommation de cannabis l’a d’abord empêché d’entrer dans les meilleures universités. Puis il a été contraint à faire partie du programme d’abus de substances de la NFL après avoir testé positif à la marijuana en 2001.

Mais en fin de compte, Moss a joué 14 saisons dans la NFL, cumulant six participations au Pro Bowl et 156 réceptions de touchés en carrière (2e rang de l’histoire), dont 23 lors de la seule saison 2007, un record de la NFL. Il a été intronisé au Temple de la renommée en février dernier.

Michael Phelps

cannabis

Michael Phelps est l’Olympien le plus décoré de l’histoire. Ses 28 médailles, dont 23 d’or, constituent un record qui n’est pas près d’être battu. Mais le nageur n’a pas toujours eu une aura de jeune premier au cours de sa carrière.

En 2009, un an après sa récolte historique de huit médailles d’or aux Jeux de Beijing, une photo de Phelps en train d’utiliser un bong a coulé sur internet. Le nageur a rapidement perdu des commanditaires, en plus d’être suspendu trois mois par USA Swimming.

Phelps a avoué que la photo n’était pas truquée, que c’était réellement lui qui fumait sur les images. Ça ne l’a pas empêché d’être l’athlète le plus médaillé lors des deux Jeux olympiques suivants.

Bon 10/17 à toutes et à tous!



Commentez cet article