Bon, ok, c’est clair qu’il n’y a pas un joueur de baseball professionnel majeur qui est dans la misère, à moins de dépenser son argent en pizzas plaquées or et en Ferrari avec du feu peinturé sur les portes.

N’empêche, il est quand même bizarre de constater que malgré les salaires mirobolants que peuvent toucher certains joueurs (Clayton Kershaw a touché 32 millions en 2015), on ne retrouve aucun joueur de baseball dans les fameuses listes (fluctuantes, je l’avoue), des 10 athlètes les mieux rémunérés sur la planète.

En fait, pour vous donner une idée, Bryce Harper, des Nationals de Washington, vient de signer ce que plusieurs considèrent comme étant la plus grosse entente publicitaire de l’histoire du baseball majeur avec la compagnie Under Armour. Si on ne connait pas les termes exacts de l’entente (à part sa durée de 10 ans), on dit qu’elle est un peu plus lucrative que celle passée entre Nike et Alex Rodriguez en 2005.

Combien a reçu Rodriguez? 10 millions par saison ? Même pas proche… On parle, en fait, d’un peu plus d’un million par année.

On est très loin de l’entente (à vie, rien de moins), signée par Lebron James avec Nike, qui lui permet de toucher environ 30 millions par année, en plus de recevoir une partie des recettes liées à la vente de sa ligne d’espadrilles. (En passant, je suis disponible pour mettre ma face sur des shouclaques Lemay, si ça vous tente…).

Bref, ça m’amène à ma question : pourquoi les joueurs de baseball font-ils aussi pitié en matière d’endossement publicitaire? C’est simple et compliqué à la fois. En fait, la raison majeure tient dans le fait que le baseball demeure un sport national qui est très peu connu et très peu pratiqué à l’extérieur des États-Unis. Cela fait en sorte que les joueurs ne sont pas très reconnus, ce qui ne les rend pas très attrayants pour des commanditaires.

En plus, on ajoute à ça le fait que le marché télévisuel, s’il est quand même relativement fort nationalement, est très difficilement exportable, ce qui empêche les joueurs de devenir des vedettes internationales, ce qui les empêche de… (vous comprenez où je veux en venir).

Juste pour donner un point de comparaison, la dernière Série mondiale a attiré, en moyenne, 14,7 millions de téléspectateurs. Un match de saison régulière du dimanche soir de la NFL, présenté durant la même période, en a attiré 23 millions.

Ceci expliquant cela.



Commentez cet article