La semaine dernière, j’écrivais sur URBANIA « Pourquoi vous devriez assister aux soirées d’humour dans les bars » et j’ai réalisé que je devrais écrire un article similaire pour la lutte québécoise. Parce que la lutte, c’est tellement mieux en vrai!

Étant une discipline se déroulant aussi dans des bars, le divertissement sportif a plusieurs avantages similaires à l’humour. Notamment qu’une bière au Centre Bell coûte trois bières dans un endroit où les lutteurs installent eux-mêmes le ring.

Évidemment, le Sport des Rois se différencie de l’humour en plusieurs aspects. Je vais donc vous partager des points qui ne pouvaient pas être inclus dans mon autre article. Après tout, je ne me souviens pas de la dernière fois où les Denis Drolet ont passé Jean-Thomas Jobin à travers une table…

Maintenant que j’y pense, j’haïrais pas ça voir ça!

Après tout, nous sommes tous dans l’assistance lorsque la WWE nous visite une fois par année, mais la lutte d’ici est vraiment excellente et elle reste ici en tout temps. Voici pourquoi ne pas s’en priver :

Crédit photo : Facebook/La Descente Du Coude

Des référents locaux

Lorsque Elias drift d’une métropole à l’autre, il fait une recherche approximative sur Google sur l’actualité sportive du lieu de l’enregistrement se déroule et ça s’arrête là. La lutte québécoise est taillée pour nous parce qu’elle est produite par des gens d’ici.

Aucun personnage dans aucune fédération ailleurs sur la terre ne pourrait former une équipe s’appelant Le Tabarnak de Team. Y’a rien de plus québécois que de leurs noms : Thomas Dubois et Mathieu St-Jacques. S’ils partaient pour la WWE, ils se feraient couper leurs noms de famille comme ils le font avec plusieurs non-Américains et ils deviendraient Thomas et Matt.

Aussi, j’aime vraiment voir le TDT entrer sur Pagliaro. Tout le public devient en feu et on scande « TABARNAK! TABARNAK! TABARNAK! » Ça, ça fait du bien de pouvoir crier ça en public.

Il y aurait moins de misère dans le monde si chaque nation pouvait hurler des sacres à l’unisson. On a cette possibilité ici. Il faut en profiter!

Crédit photo : Facebook/IWS —International Wrestling Syndicate

Un spectacle libre

Contrairement aux derniers Raw et Smackdown de Montréal dont nous avons passé presque la moitié du temps dans des pauses publicitaires dans le noir à regarder un écran qui présentait les 3 mêmes publicités en boucle, les enregistrements de la IWS sont très fluides.

La lutte québécoise n’a pas à plaire à des partenaires d’affaires qui font des figurines pour enfants qui viennent influencer le produit final. Cette flexibilité nous permet de voir des lutteurs dire des choses pas propres et poser des actions très surprenantes!

Aussi, la musique bûche en maudit. Ça nous met dans une ambiance de lutte agressive motivante bien plus que « Yé! C’est Summerslam! La plus belle festivité de l’été! Voici maintenant Flo Rida! »

J’ai aussi l’impression que les lutteurs d’ici prennent plus de risques concernant les personnages plus saugrenus. Par exemple, le personnage de Huit Rogen, le cousin montréalais de Seth Rogen, est une bonne idée loufoque qui marche très bien.

Crédit photo : Facebook/La Descente Du Coude

Le talent incroyable

Ça serait une erreur de croire que le calibre de notre province ne peut pas rivaliser avec les disciples du Performance Center. Avec plusieurs solides écoles, j’ai très rarement vu un match décevant sur l’île de Montréal.

Les nouvelles recrues sont toujours plaisantes à découvrir alors que les vétérans ne déçoivent jamais.

La valeur de production de plusieurs fédérations n’est pas à négliger non plus. Écrans et chansons thèmes originales, ces compagnies optimisent les espaces qui leur ont été confiés.

Dans le fond, je suis en train de vous dire que vous pouvez assister encore plus souvent à de la bonne lutte avec un public aussi en feu que dans un NXT TakeOver, pourquoi ne pas en profiter?

Vous pouvez trouver le gala de lutte le plus proche de chez vous grâce à Google, Facebook et lutte.quebec qui tient à droite une colonne des dates à venir.

Ça se peut qu’on s’y croise!

(NDLR : abonnez-vous à la page de la Lutte à RDS2 pour les horaires de diffusion de la IWS, une fédération québécoise, ainsi que le calendrier des galas partout dans la province.)



Commentez cet article