Montage repêchage de la NBA

Le jeudi 20 juin, le phénomène Zion Williamson sera vraisemblablement le premier choix du repêchage de la NBA par les Pelicans de La Nouvelle-Orléans après une électrisante saison à l’Université Duke. Les Pelicans ont remporté la loterie du repêchage il y a quelques semaines en plus de réaliser une transaction monstre avec les Lakers de Los Angeles afin d’ajouter, notamment, le 4e choix du repêchage en plus du premier.

Le repêchage de 2019 sera donc influencé par les décisions des Pelicans et l’avenir de l’organisation en Louisiane. Mais avant l’entrée de Williamson dans la NBA, il serait intéressant de revisiter les premiers choix de l’histoire afin de voir s’ils ont généralement de bonnes carrières.

La réponse courte, c’est OUI!

Obtenir le premier choix du repêchage de la NBA ne garantit pas un membre du Temple de la renommée et un joueur de concession, mais disons qu’un candidat s’élève généralement au-dessus des autres chaque année afin de rendre la décision facile. Cette année c’est Williamson, en 2018 c’était l’imposant Deandre Ayton qui n’a pas encore fait ses preuves dans la NBA et avant lui, en 2017, Markelle Fultz a été le choix un peu surprenant des 76ers au haut de la liste.

Avant de lister les cinq meilleurs premiers choix, voici quelques mentions honorables qui ne seront pas dans la liste finale : Ben Simmons (2016), Anthony Davis (2012), Kyrie Irving (2011), Blake Griffin (2009), Derrick Rose (2008), Dwight Howard (2004), Yao Ming (2002) et finalement Patrick Ewing, le tout premier en 1985 considéré comme le « grand prix » d’une loterie.

Voici donc maintenant, avec la beauté du recul, les cinq meilleurs premiers choix de l’histoire du repêchage de la NBA depuis l’instauration de la loterie en 1985.

5 – David Robinson (1987)

The Admiral est une légende à San Antonio lui qui a joué toute sa carrière avec les Spurs.

Avec deux championnats et un titre de joueur par excellence, Robinson a connu toute une carrière dans la NBA et la fin de sa présence a cimenté son statut comme grand joueur de l’histoire. La longévité au centre est une denrée rare et Robinson a joué jusqu’en 2003 à un haut niveau. Oui, Reggie Miller était disponible plus tard lors du repêchage, mais Robinson était une vedette incontestée et un grand meneur dans le vestiaire des Spurs.

4 – Allen Iverson (1996)

C’est un souvenir lointain aujourd’hui, mais Allen Iverson était la vedette, après Michael Jordan, qui a maintenu la NBA en termes de popularité auprès d’une génération plus jeune.

The Answer a électrisé la NCAA à Georgetown et il est débarqué à Philadelphie avec tous les projecteurs tournés vers lui; il n’a absolument pas déçu. Il n’a malheureusement pas remporté de championnat, mais ses présences en séries et son talent inné pour marquer des paniers ont fait de lui une énorme vedette pour les Sixers malgré un divorce plutôt houleux à la fin.

La fin des années 90 appartenait à A.I. si vous étiez fans de la NBA.

3 – Shaquille O’Neal (1992)

Le monstre de LSU, le joueur de centre le plus fascinant des années 90, l’incroyable et improbable Shaquille O’Neal. Il ne faisait aucun doute en 1992 que le Magic allait sélectionner l’imposant O’Neal même avec Alonzo Mourning aussi disponible. O’Neal était un talent générationnel avant d’aboutir dans la NBA et il a marqué la ligue à sa façon par la suite.

Il n’a jamais soulevé de trophée de championnat pour le Magic, mais Shaq a remporté trois titres avec les Lakers et un avec le Heat. De 2000 à 2002, O’Neal était tellement dominant que les règlements s’adaptaient en fonction de comment les défensives tentaient de contenir le monstre incontrôlable sous les paniers. Shaq était la définition même du grand prix d’une loterie.

2 – Tim Duncan (1997)

Les Spurs ont reçu un cadeau du ciel après une saison marquée par les blessures.

Normalement, San Antonio n’était pas dans les pires équipes avec des vedettes comme David Robinson au sein de l’équipe. Mais le meneur a manqué presque toute la saison avant ce repêchage, ce qui a donné la 3e pire fiche aux Spurs et la récompense se nommait Tim Duncan. Le discret avant de Wake Forest a soulevé cinq trophées de championnat avec les Spurs en plus d’être le visage de l’organisation pendant près de vingt ans. Duncan n’avait pas le sens du spectacle, mais il est certainement l’un des cinq meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA et le temps lui donnera assurément plus de lustres quand ses exploits se maintiendront auprès de ses collègues.

Duncan n’était peut-être pas le joueur le plus vendeur d’un point de vue marketing, mais sur le terrain, The Big Fundamental faisait tout de la bonne façon et les Spurs pouvaient compter sur lui dès que ça comptait.

1 – LeBron James (2003)

À tout seigneur tout honneur, les Cavaliers de Cleveland ont changé l’image d’une ville et d’une équipe en sélectionnant le phénomène d’Akron en Ohio.

C’est comme si le Canadien de Montréal avait la chance de repêcher le prochain Wayne Gretzky et qu’en plus il était originaire de Victoriaville. C’était une prise légendaire pour les Cavaliers et la carrière de LeBron n’a plus besoin de présentation.

Trois championnats dont un à Cleveland, trois titres de joueur par excellence de la finale, quatre titres de joueur par excellence de la saison, quinze participations au Match des étoiles et une multitude de récompenses et de distinction. James est le meilleur joueur de sa génération et possiblement le meilleur joueur depuis Michael Jordan. Il était absolument le meilleur joueur de son repêchage et un cadeau du ciel pour les Cavaliers quand ils ont remporté la loterie. C’était d’ailleurs, à l’époque, la loterie pour acquérir LeBron James, lui qui était déjà promis comme une vedette dès ses matchs au secondaire.

Il était, et est encore bon à ce point.



Commentez cet article