Quel type de pooler être-vous?

Êtes-vous prêts? Avec la prochaine saison qui devrait débuter au milieu du mois de janvier, c’est l’heure de préparer votre prochain pool. T’es un vrai partisan de hockey, ça te prend un pool.

Mais au fait, quel type de pooler êtes-vous? Il y a presqu’autant de types que de poolers, mais il y en a qu’on retrouve un peu partout.

Le pro

Il y a le professionnel. Ça prend le professionnel, puisqu’il conserve le livre des règlements. Combien de keepers? Comment fonctionne les joueurs autonomes? Combien de mouvement de joueurs permis? Demande au professionnel, il a toutes les informations pertinentes dans son document Excel. Le professionnel est aussi celui qui invite l’ensemble des directeurs généraux des pauvres à la maison, avec pizzas et crottes de fromage.

Sauf que parfois, le professionnel exagère. Il commence à dresser son plan de repêchage au beau milieu du mois de juillet. Il procède lui-même à l’évaluation des joueurs. Projections, historiques de productions, évaluation de la ronde à laquelle il sera repêché. Le babillard est rempli de statistiques avancées et de la courbe d’évolution d’Eric Staal. Son babillard ressemble à celui d’un enquêteur de la police qui associe des suspects pour meurtre avec une corde et des aiguilles.

Meme théorie complot

Le nonchalant

À l’autre bout du spectre, il y a le gars qui est là pour faire le repêchage. Après, tu n’en entends plus parler pour le reste de la saison. Le nonchalant, lui, ce qu’il veut, c’est boire de la bière avec ses chums le vendredi soir.

Il arrive au repêchage sans le moindre plan. Il n’a pas son portable, pas de revue non plus. Il ne sait jamais vraiment quand c’est à son tour de repêcher le prochain joueur. Il regarde en haut de l’épaule de son voisin de table et se dit : « bon, qui-est ce que je pourrais bin prendre en 4e ronde. Je vais y aller avec David Pastrnak! »

Puis les 11 autres participants du pool crient à l’unisson : « Il est pris Pastrnak! Réveille! »

Bien sûr, le nonchalant ne note pas qui a déjà été repêché. P’tit conseil, faites prendre un shooter au nonchalant chaque fois qu’il choisit un joueur déjà repêché.

Puis une fois la saison débutée, le nonchalant est disparu. Son défenseur numéro 1 est blessé pour les quatre prochain mois, mais il reste sur sa formation de départ pendant tout ce temps. Ne lui proposez pas une transaction, vous n’aurez jamais de retour. Rendu au mois de mars, il y a quatre espaces libres sur sa formation de départ.

Allez savoir pourquoi, il est toujours de retour l’année suivante.

Terminator

Le gars de principe

Il y aussi le pooler qui respecte ses valeurs. Tu as bien beau être en 22e ronde, il ne prendra pas Brad Marchand. En fait, il ne prendra pas aucun joueur des Bruins et des Maple Leafs. Pour lui, une équipe de hockey, même dans un pool, c’est de la gestion d’être humain. Si tu veux être dans mon équipe, tu dois avoir des valeurs qui représentent les miennes.

Le gars de principe va souvent prioriser un joueur du Canadien. Laissez-le aller. Il va se faire avoir par ses propres émotions. Le gars de principe était en amour avec Mike Ribeiro. Il était bon Ribeiro, mais en fin de première ronde… je ne sais pas.

Le gars de principe veut donner une chance aux jeunes. Encore une fois, laissez-le aller. C’est lui qui va partir le bal des joueurs récemment repêchés. Il va être bon Quinton Byfield, j’en suis sûr, mais tu n’es pas obligé de le choisir en 3e ronde. Il sera encore disponible en 7e ronde, mon ami.

Le gars de principe est le roi des sleepers. « J’aime le kid », nous dit-il dans un élan d’enthousiasme.

Parfois, il faut y aller avec les évidences. Je le sais, Max Pacioretty, ce n’est pas le joueur le plus excitant, mais qu’est-ce que tu veux : « Il met le puck dans le net. »

Classement des 250 meilleurs joueurs pour votre pool de hockey 2021

Le vendeur de voitures usagées

À RDS, c’est notre producteur Martin Leclerc. Il veut Sidney Crosby et te propose Stu Grimson avec un choix de 3e ronde. « Tu devrais me donner Crosby, nous dit-il. Il revient d’une blessure et je ne crois qu’il va produire autant. En plus je te donne un choix de 3e ronde. »

Oui, oui, c’est beau, il revient d’une blessure, tiens donc.

Le vendeur de voitures usagées part avec l’optique de la transaction la plus invraisemblable possible en espérant arriver à un juste milieu avec son partenaire de danse.

Le vendeur de voitures usagées évalue son propre joueur sous l’œil du meilleur match qu’il n’aura jamais joué de sa vie. Au golf, il est du genre à attendre que le quatuor devant lui soit rendu à 350 verges, parce qu’il a déjà frappé un coup de départ à 300 verges en 2004.

Il te décrit le joueur qu’il tente de te soutirer comme étant un vieux fini que tu devrais laisser partir : « Pourquoi tu me le demandes, dans ce cas. »

Il y a quelques années, c’est le vendeur de voitures usagées qui proposait sur les réseaux sociaux : Jarred Tinordi et un choix de 2e ronde en retour de Jordan Eberle. « Bin oui, Edmonton a besoin d’un gros défenseur gaucher. »

Simpsons Gil

Bon pool!



Commentez cet article