Cette fin de semaine se tiendra l’UFC 188, gala présentant le retour de Cain Velasquez contre Fabricio Werdum pour le championnat des poids lourds. Il s’agira aussi du dernier événement majeur UFC avant l’entrée en vigueur de l’entente de commandite exclusive entre Reebok et le plus grand promoteur d’arts martiaux mixtes professionnels (il y aura par la suite deux événements de la série «Fight Night»).

Cette entente ne fait pas l’unanimité et pour cause. J’ai donc décidé de vous résumer ce en quoi elle consiste et aussi comment elle viendra affecter le portefeuille des combattants ou de Dana White et sa bande.

L’entente

Ce contrat d’exclusivité d’une durée de presque six ans commencera officiellement le 6 juillet et est évalué à 70 millions de dollars. À partir de cette date, les combattants et leurs équipes seront obligés de porter uniquement des vêtements à l’effigie du géant manufacturier en produits sportifs lors des événements officiels de l’UFC (combats, pesées, conférences de presse, etc.). Les combattants recevront une compensation financière allant de 2500 à 40000 $, basée selon une échelle tenant compte de leur expérience dans l’UFC et de la nature de leur combat (championnat ou non).

Durant la semaine précédant le gala, un commanditaire supplémentaire pourra être ajouté à l’équipement du combattant et de son équipe, tant qu’il ne cache pas le logo officiel Reebok/UFC.

Dana White

Les gagnants

Vous l’avez sans doute déjà deviné, mais les grands gagnants sont les bonzes de l’UFC et de Reebok qui vont s’en mettre plein les poches avec la vente de produits destinés aux fans d’arts martiaux mixtes. Dana White prétend que les athlètes vont aussi en profiter, mais cela est seulement en partie vrai. La plupart d’entre eux réussissait à récolter des sommes beaucoup plus élevées en s’associant à plusieurs marques qu’avec la simple règle «Reebok plus un commanditaire».

Les perdants

Les combattants, bien entendu. Georges St-Pierre, le plus grand vendeur «Pay-per-view» de l’histoire de l’organisation, a perçu un salaire en carrière de presque 4,5 millions de dollars.

Georges Saint-Pierre

Une belle somme en soi, mais ridicule comparativement à ce que touche Floyd Mayweather en un seul combat ou même P.K. Subban sur une seule saison. Cela illustre bien l’importance que les commandites peuvent représenter en termes de revenus supplémentaires.

Dana White avance que les athlètes manquent de vision à long terme. Facile à dire quand ce n’est pas toi qui mange des coups de coudes en pleine face. La notion de long terme est très relative pour un combattant en AMM…

Les autres manufacturiers d’équipements d’AMM vont aussi en baver. Il existe d’autres organisations, comme Bellator ou OneFC, regroupant des athlètes talentueux à commanditer, mais celles-ci n’ont pas la même notoriété que l’UFC.

Bref, l’union de Reebok et l’UFC marque le début d’un quasi-monopole, ce qui est rarement une bonne nouvelle.

Mais le pire dans tout cela est que l’époque de ce superbe maillot est définitivement révolue.



Commentez cet article