Sami Zayn à la WWE

Vendredi, en direct de Jeddah, la WWE présentera son troisième gala d’un partenariat annoncé de dix ans avec le Royaume de l’Arabie saoudite. Ce Super ShowDown de la WWE, vendu comme plus gros que WrestleMania, comportera une dizaine de combats ainsi qu’une bataille royale à cinquante lutteurs — mais Sami Zayn ne sera pas du lot.

En effet, comme lors des deux voyages précédents en Arabie, le lutteur québécois ne sera pas du voyage et, cette fois, on ne peut pas dire qu’il n’est pas impliqué dans les histoires à la télé ou blessé à la maison. Au contraire, depuis son retour de blessure Zayn a une place de choix dans la programmation hebdomadaire et son absence du Super ShowDown arabique soulève des questions plus épineuses — notamment celle du profilage.

Sami Zayn, une exclusion politique

Selon plusieurs journalistes spécialisés, le gouvernement saoudien aurait spécifiquement demandé à la WWE d’exclure Zayn de son gala, tout comme on avait proscrit les combats féminins lors des premières visites.

Voyez-vous, Zayn est de descendance syrienne et les tensions sont très importantes entre l’Arabie et la Syrie. Sans tomber dans de longues explications, disons que la guerre civile en Syrie alimente un conflit très vif avec l’Arabie (et d’autres nations) depuis une dizaine d’années; le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud n’est donc pas le plus grand fan de la communauté syrienne. Ce qui fait que Zayn, l’individu à l’emploi de la WWE, est ciblé par cette rivalité et il n’est pas le bienvenu à Jeddah ou ailleurs en Arabie.

C’est quand même inquiétant d’en être là.

Des contradictions dans le discours de la WWE

Depuis le début des événements de la WWE en Arabie, une certaine grogne émane des employés de l’organisation et, surtout, au niveau de l’opinion publique. On pointe du doigt Vince McMahon et son manque de suite dans les idées quand, d’une main, il fait la promotion de causes sociales et progressistes et, de l’autre, il accepte de faire partie d’une infopub pour le Royaume d’Arabie saoudite contre une poignée imposante de dollars.

Pire encore, rien ne semble présager une interruption de cette entente lucrative. On opte plutôt pour des solutions temporaires comme mentionner le moins possible le nom de l’Arabie saoudite à la télévision et miser énormément sur le spectacle nostalgique pour ne pas parler du lieu dans lequel il est présenté.

Un grand malaise

Par contre, des lutteurs comme Daniel Bryan ont demandé à ne pas être inclus dans ses galas pour des raisons politiques. Même son de cloche du côté de l’autre québécois à l’emploi de la WWE, Kevin Owens, qui aurait demandé à ne pas faire le voyage par solidarité à son ami Zayn exclu d’office par les autorités en place.

Nous avons déjà été critiques de ces spectacles de la WWE lors des épisodes de notre balado 100 % lutte Le petit paquet et les choses ne vont pas en s’améliorant.

Vince McMahon s’entête à présenter des galas en Arabie, malgré l’opinion publique qui s’effrite, parce que les profits sont au rendez-vous. Tant et aussi longtemps que le coffre-fort de la WWE ne sera pas atteint par l’étroitesse de la royauté saoudienne, les voyages pour divertir le prince seront publicisés et proposés au public américain comme une grande fête.

Le royaume de l’exclusion

Même si, pour se faire, il faut exclure Sami Zayn en raison de ses origines ethniques, les femmes parce qu’elles n’ont pas le « bon sexe », Aleister Black pour ses choix de vie et quiconque serait vocalement opposé au régime politique en place.

Ça commence à faire beaucoup de sang sur les mains de la WWE pour un divertissement supposément inclusif et familial.

C’est un pensez-y-bien avant de syntoniser le WWE Network ce vendredi. Personnellement, je vais regarder dans l’autre direction et encourager des fédérations comme la New Japan, la Ring of Honor ou la All Elite Wrestling. Mieux encore, je vais encourager les promoteurs du Québec qui font des pieds et des mains chaque semaine pour divertir une poignée d’irréductibles.

Parce que les McMahon, bien honnêtement, sont difficiles à aimer quand ils font passer le fric avant le gros bon sens.


Suivez la page Facebook du podcast 100 % lutte Le Petit Paquet pour ne rien manquer de l’actualité de la WWE.


Commentez cet article