Tournoi «bâtissons l'espoir» pour venir en aide aux ressourdes en maladie mentale

La santé mentale a tristement mené l’actualité au cours du dernier week-end. Sans le savoir, le tournoi Bâtissons l’espoir, tenu le samedi 7 novembre, vient s’inscrire à une période cruciale pour un enjeu de société aux couches multiples.

Organisé par la Ligue de hockey électronique du Québec (LHEQ) et soutenue par la Fondation Douglas, cet événement réunit personnalités publiques et gamers invétérés dans un tournoi du populaire jeu NHL21, – EA SPORTS, it’s in the game.

Ça va ensemble, dirait-on.

Bien plus que pour pouvoir sacrer une volée à Guillaume Latendresse, Bruno Gervais, Rymz, Adamo et plusieurs autres, ce tournoi est organisé afin d’amasser des dons qui seront redirigés au combat contre la maladie mentale.

L’organisation a frappé fort, avant même la première mise au jeu, en s’associant à l’ancien porte-couleur des Alouettes, Étienne Boulay. L’ancien demi-défensif a eu le courage de mettre des mots sur la détresse psychologique qu’il l’a affligée, notamment en s’associant à Bell cause pour la cause. « Je fais de la sensibilisation depuis quelques années maintenant et je sens que c’est moins tabou que ça l’était. Il restera toujours du travail à faire et j’aime beaucoup cette initiative parce qu’elle permet de rejoindre les jeunes avec un sujet qui en passionne plusieurs, soit les jeux vidéo », observe Boulay.

Adamo, cet artisan du rap jeu québécois que plusieurs ont connu dans les chics maisons d’Occupation double à Bali en 2017, agit à titre de porte-parole et de joueur au tournoi de samedi. « J’ai vécu de l’anxiété pour la première fois à l’âge de 30 ans. Je l’ai un peu senti comme quelqu’un qui a un gros mal de ventre et qui se rappelle à quel point c’était agréable de ne pas avoir mal au ventre. J’ai reçu une grosse dose d’amour mais tout est tellement arrivé rapidement avec l’explosion sur les réseaux sociaux que ça a apporté beaucoup d’anxiété », livre-t-il.

L’artiste souligne également le moment opportun de l’initiative. « Avec le confinement, les troubles mentaux ne font qu’augmenter. Depuis que j’ai publiquement parlé de mes épisodes d’anxiété, plusieurs jeunes adultes se sont confiés à moi. C’est là que je réalise à quel point la conversation engendre la conversation. »

Pour ce qui est du tournoi de NHL en tant que tel, Adamo ne promet rien. « Si ça avait été un tournoi de FIFA je vous aurais tous (beeeeep) une volée. » Voilà, c’est dit.

Des jeux vidéo pour contrer la maladie mentale?

« C’est bien plaisant, les jeux vidéo, mais pour contrer la maladie mentale, c’est une bonne idée? Ces patentes à piton ne favorisent pas plutôt l’exclusion sociale », pourrait croire une gentille personne qui manque de nuances.

Elle vise dans le milieu ou elle a tort? « Tout est une question de contrôle. Boire un verre de vin, ça peut être une bonne chose. Caler une bouteille de rouge à tous les soirs, c’est moins bon », calcule Philippe Boivin, co-propriétaire de la LHEQ. « Pour quelqu’un qui est capable de s’offrir un temps précis aux jeux vidéo, ça peut être un divertissement qui permet de s’évader des problèmes quotidiens pendant un instant. En ces temps de pandémie, c’est aussi devenu une façon de socialiser et de pouvoir jaser avec ses amis. »
Certains participants au tournoi Bâtissons l’espoir sont aussi des gamers qualifiés. T’as beau essayer autant que tu le souhaites, tu ne réussiras pas à les vaincre. Même avec le truc du gars qui coupe aux oreilles et qui revient dans le centre de la patinoire. Philippe Boivin rappelle que ceux qui parviennent à payer leur hypothèque avec leur dextérité sur la manette ne représentent pas le stéréotype qu’on se plaît à caricaturer. « Ce sont des joueurs qui doivent avoir une discipline de vie pour maximiser leur concentration. On est loin du gars qui s’empiffre de crottes de fromage en jouant sur sa console dans son sous-sol. »

Cette réalité se rapproche plutôt de celle de l’auteur de ces lignes.

Voir cette publication sur Instagram

eSports L'athlète-animateur Étienne Boulay vous invite au Tournoi Bâtissons l'espoir, une compétition eSports unique en son genre qui regroupe joueurs de hockey professionnels, vedettes québécoises, streamers et gamers dans une compétition féroce de NHL'21 diffusée en direct sur le web le samedi 7 novembre prochain. Ne ratez pas notre diffusion débutant à 14h00 (Heure de l'est) sur Twitch, Youtube, Instagram et Facebook! . eSports Athlete-host Étienne Boulay invites you to the Building Hope Tournament, a one-of-a-kind eSports competition that brings together professional hockey players, Quebecois celebrities, streamers and gamers in a fierce NHL'21 competition, broadcasted live online, on Saturday, November 7. Do not miss our live stream starting at 2PM (ET) on Twitch, Youtube, Instagram and Facebook! #tournoibatissonslespoir #buildinghopetournament #esports #esportsnhl #fondationdouglas #santémentale #mentalhealth #mentalhealthawareness

Une publication partagée par Fondation Douglas Foundation (@fondationdouglas) le

La présence de ses rois de la manette promet donc d’offrir un jeu relevé. Chaque équipe est composée de ses 6 joueurs, qui contrôle chacun un joueur. Vous avez bien calculé. Bonne chance à l’ami en charge du gardien de but. « Je suis convaincu que le calibre va être excellent. Il va y avoir des bons compétiteurs et une bonne rivalité. Vraiment, ne ratez pas ça, ça va faire clak, clak », lance Olivier Châtelain, membre de l’équipe de marketing du projet, dans un élan d’enthousiasme, faut-il croire.

Pour toutes informations sur le tournoi Bâtissons l’espoir, ou pour effectuer des dons, vous pouvez consulter le site.


Ce samedi 7 novembre à 14h en direct sur la page Facebook de RDS Jeux vidéo, ne manquez pas la diffusion du tournoi NHL 21 Bâtissons l’espoir où s’affronteront joueurs de hockey professionnels, vedettes québécoises, streamers et gamers au profit de la Fondation Douglas qui œuvre en santé mentale.

Robin Lehner est très inspirant lorsqu’il parle de sa santé mentale lors de la remise de prix de la LNH



Commentez cet article