darling

Durant tout le mois de décembre, on vous présente les 30 articles les plus populaires cette année sur Balle Courbe. Un par jour jusqu’au réveillon du Nouvel An, c’est une façon de finir l’année en beauté. Un genre de calendrier de l’avent, mais avec beaucoup de sport et pas de chocolat.

En 18e position, le gardien des Hurricanes Scott Darling fait part d’une anecdote particulièrement cocasse concernant une rencontre impromptue avec Carey Price à l’aéroport.

***

Les athlètes professionnels se font souvent saluer par les fans lorsqu’ils sont dans des endroits publics pour des photos ou encore des autographes et c’est bien normal, ça fait partie du métier. Pour un joueur du Canadien, c’est d’autant plus vrai comme l’équipe a plusieurs fans, dont certains sont particulièrement intenses. Imaginez donc ce que ça doit être pour Carey Price, vedette du tricolore.

Justement, parlant du gardien étoile de la Sainte-Flanelle, Scott Darling, qui garde aujourd’hui les filets pour les Hurricanes de la Caroline, a raconté une histoire particulièrement cocasse l’impliquant, alors qu’il était l’invité du podcast de hockey Spittin’ Chiclets.

L’Américain de 29 ans a en effet parlé de la fois où, le lendemain d’un match entre les Blackhawks et le CH disputé à Montréal, il a vu Price, une de ses idoles du hockey, du coin de l’œil à l’aéroport Pierre-Elliot Trudeau et a tenté d’aller lui piquer une petite jasette. Au grand dam de Darling, le cerbère du CH ne l’a tout simplement pas reconnu, croyant qu’il était un fan, et a poursuivi sa route sans le saluer. Pauvre Scott!

Voici ce qui s’est passé, tel que raconté par Darling :

« Juste avant notre semaine de congé l’année passée, on a joué à Montréal et je partais pour les îles Turques-et-Caïques pour les vacances. Je suis à l’aéroport le lendemain à 6 h du matin et en marchant, je vois Carey Price en train de pousser tout son stock — je pense qu’il partait quelque part lui aussi. Je me suis approché de lui, juste pour le saluer et il pensait que j’étais un fan. Il m’a juste ignoré et j’étais complètement abasourdi. Je suis resté bouche bée et j’ai poursuivi mon chemin. »

Assez cocasse, comme anecdote, non?

On espère que Price saura reconnaître le pauvre Scott si jamais les deux gardiens se recroisent à l’aéroport!

Si vous voulez écouter l’anecdote en audio, c’est à 1 h 13 min 50 s ici.

via Spittin’ Chiclets



Commentez cet article