Bauer

30 mars 2020. L’équipe de Balle Courbe se présente au Centre d’innovation de Bauer à Blainville.

Dans toutes les portes d’entrées, une feuille de papier est accrochée : c’est la copie de l’approbation officielle qui confirme que l’usine est conforme aux normes sanitaires gouvernementale.

Le fabriquant de pièces d’équipement de hockey a ainsi pu changer la vocation de son usine pour produire des protecteurs faciaux.

Bauer

Crédits photo : Michel Laprise

Le vice-président en innovation de produits chez Bauer, Dan Bourgeois, nous ouvre la porte, mais nous ne pouvons pas entrer dans l’usine et c’est tout à fait normal. On ne doit laisser passer aucune possibilité de contamination, aussi éloignée soit-elle. On y fabrique maintenant de l’équipement qui protège des milliers de membres du personnel de la santé qui se démènent à soigner les gens atteints de la COVID-19.

EXAMINONS LA VISIÈRE

La première chose qu’on remarque, c’est qu’elle n’est pas déjà courbée. Elle est complètement horizontale dans son emballage et rien ne dépasse sauf pour le haut de la visière qui mesure un peu moins de 5 centimètres. Cette façon de faire permet d’entasser plus de produits dans les camions de livraison.

Une fois sortie de son sac de plastique, on aperçoit immédiatement le concept innovateur de pièce frontale en mousse de polyuréthane en forme de vague. Habituellement, les visières médicales n’ont qu’une bande de mousse plate qui se dépose sur le front de la personne qui la porte.

Bauer

Crédits photo : Michel Laprise

Mais pourquoi avoir conçu une telle bande en mousse épaisse? Parce que Bauer sait que les personnes qui porteront le protecteur facial l’auront dans le visage pendant plusieurs heures consécutives. Et qu’à un moment donné, l’aspect confort devient très important. C’est la moindre des choses qu’on peut offrir à ceux qui sont à haut risque de contracter la maladie à coronavirus.

De plus, la forme novatrice de la mousse permet d’être parfaitement à l’aise puisque, une fois recourbée, elle épouse la forme de la tête, peu importe sa grosseur.

SA FONCTION PRINCIPALE

La visière est confortable, mais est-ce qu’elle protège bien? Pour le savoir, nous avons tenté de simuler du mieux que nous le pouvons un gigantesque éternuement. Heureusement, personne dans la maisonnée n’a de rhume ou quelconque symptôme alors nous avons utilisé un bon vieux désinfectant en vaporisateur. Que ça soit un premier répondant, une infirmière ou toute autre personne ayant besoin de protection contre un virus, aucun fluide corporel ne doit traverser la barrière de plastique. Voici donc le test ultime.

CONCLUSION

Résultat : l’équipement médical Bauer passe le test haut la main! La pièce de plastique a stoppé toutes les particules projetées. Point tout aussi important, aucun courant d’air ne s’est formé entre le visage et la visière. Donc les chances de contamination par voie aérienne sont énormément diminuées. Surtout que normalement, le personnel médical porte aussi un masque et des lunettes de protection afin de bien couvrir toutes les parties du visage.

Toutefois, Bauer indique que leur pièce d’équipement à usage unique n’est pas résistante aux chocs et ne doit pas être utilisée comme protection contre les flammes et les étincelles. Mais ça, c’est tout à fait logique.

Bref, on ne peut que féliciter le centre d’innovation de Bauer pour le développement de ce protecteur facial. Tel que rapporté par notre collègue François Gagnon, Bauer débute la production d’un million de visières dès aujourd’hui. Puisque la demande ne semble aller qu’en grandissant, il y a fort à parier ce nombre ne fera qu’augmenter.



Commentez cet article