Sidney Crosby McDavid Suzuki

Le tirage au sort en vue de la prochaine séance de repêchage de la LNH avait lieu le 26 juin, mais Alexis Lafrenière n’a toujours pas d’idée où il aboutira.

Premier choix logique de la cuvée 2020, le prodige de 18 ans peut toutefois tenir pour acquis qu’il ne portera pas les couleurs de l’une des formations des bas-fonds du circuit. En effet, le sort a décidé que la première sélection ira à l’une des huit équipes qui subiront l’élimination lors de la ronde qualificative.

C’est donc dire que s’il mord la poussière dans sa série 3 de 5 face aux Penguins de Pittsburgh, le CH aura 12,5% de chances de remporter la loterie Lafrenière.

Euh… Go Pens?

Sans farce, avoir notre nom dans le chapeau s’avérerait une consolation non négligeable. Le prochain tirage susciterait tellement d’intérêt. Êtes-vous capable de visualiser la scène? Moi, oui.

Quel centre pour Lafrenière?

Même s’il ne s’est pas encore fait un nom dans la Ligue nationale de hockey, le jeune ailier aura besoin d’un centre digne de ce nom pour l’alimenter convenablement.

Parmi ceux qui sont envisageables, en voici dix avec lesquels on aimerait beaucoup le voir jouer.

Sidney Crosby, Penguins

Sidney Crosby 87

S. Crosby (Getty Images)

Essayez de concevoir à quel point Alexis s’épanouirait s’il partageait le banc et le vestiaire d’un vétéran comme Sidney Crosby.

Difficile d’espérer meilleur mentor pour une recrue.

Evgeni Malkin, Penguins

E. Malkin (getty images)

Même si Jake Guentzel rejoint le trio de Sid the Kid une fois rétabli de sa blessure à l’épaule, le petit gars natif de Saint-Eustache se retrouverait sans doute sur la deuxième ligne en compagnie d’un certain Evgeni Malkin.

Je pense qu’il s’en remettrait.

Auston Matthews, Maple Leafs

A. Matthews (getty images)

J’ai beau souhaiter son bien, je ne voudrais pas voir Lafrenière avec une feuille d’érable sur le dos.

N’empêche qu’on aurait droit à tout un spectacle avec ce duo de surdoués.

Connor McDavid, Oilers

C. McDavid (getty images)

Un autre premier choix pour les Oilers? Ce serait dément, mais ça s’pourrait…

Si McDavid et Lafrenière se retrouvent un jour ensemble, ils pourraient bien s’amuser comme deux gamins sur un terrain de jeu.

Leon Draisaitl, Oilers

L. Draisaitl (getty images)

Comme second centre d’une équipe, j’ai déjà vu pire.

Imaginez une séquence orchestrée par Draisaitl, McDavid et Lafrenière en supériorité numérique.

Tic-tac-toe.

Nick Suzuki, Canadiens

N. Suzuki (getty images)

Un hockeyeur de la trempe d’Alexis Lafrenière pourrait donner des ailes à n’importe quels partenaires de trio.

Je serais curieux de le voir sauter sur la glace en même temps que Max Domi ou Phillip Danault, mais encore davantage Nick Suzuki. Avec un joueur d’expérience à droite, ça pourrait faire des flammèches plus rapidement que certains le prédiraient.

Mark Scheifele, Jets

M. Sheifele (getty images)

Mark Scheifele ne se plaindrait sûrement pas si Lafrenière atterrissait à Winnipeg, mais les Jets se retrouveraient avec un beau problème s’ils mettaient la main sur le représentant de l’Océanic de Rimouski, eux qui comptent déjà deux ailiers gauches de qualité en Kyle Connor et Nikolaj Ehlers dans leurs rangs.

L’aile droite est aussi blindée avec Blake Wheeler et Patrik Laine.

L’un des gauchers pourrait servir de monnaie d’échange dans le but d’améliorer la défensive.

Jonathan Toews, Blackhawks

J. Toews (getty images)

Un autre vétéran dont l’influence pourrait jouer un grand rôle dans le développement du Québécois.

Qui plus est, la production de Toews a augmenté ces deux dernières campagnes, par rapport aux quatre précédentes. Avec ce premier choix, Chicago serait de retour dans la game.

Elias Pettersson, Canucks

Elias Pettersson

E. Pettersson (Getty Images)

Elias Pettersson n’avait pas encore 20 ans lorsqu’il s’est taillé une place dans l’alignement des Canucks en 2018. Deux saisons plus tard, cet abonné aux jeux de la semaine affiche un rendement de près d’un point par rencontre.

C’est un centre que j’admire. Ce serait intéressant de voir si la chimie opérerait entre lui et Alexis.

Aleksander Barkov, Panthers

A. Barkov (Getty Images)

Aleksander Barkov est sans contredit l’un des plus talentueux à sa position. Déjà une septième saison dans le circuit, et il n’a pas encore soufflé 25 bougies.

Un joueur comme Alexis Lafrenière à sa gauche pourrait faire exploser son rendement. En considérant les autres effectifs de la formation (dont le gardien Sergei Bobrovsky et le coach Joel Quenneville), les Panthers deviendraient de sérieux prétendants à la Coupe Stanley.

Qu’il prenne l’autobus pour Montréal ou l’avion pour une autre destination, nous souhaitons ce qu’il y a de meilleur pour Alexis Lafrenière. Néanmoins, avouez que ce serait bien de le voir endosser l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Suivez-moi sur Twitter : Vin100Noel

***

Pour lire mes autres chroniques, palmarès et nouvelles insolites, cliquez ici


Visitez le RDS.ca pour remplir notre section Fais ton classement pour la destination du jeune prodige Alexis Lafrenière. 



Commentez cet article