3

Durant tout le mois de décembre, on vous présente les 30 articles les plus populaires cette année sur Balle Courbe. Un par jour jusqu’au réveillon du Nouvel an, c’est une façon de finir l’année en beauté.

Aujourd’hui, en 3e position, on évaluait les performances de Marc Bergevin avant la date limite des transactions (et avant la venue de Jonathan Drouin cet été).


Le 1er mars prochain sera le cinquième grand rendez-vous des marchandeurs de la LNH auquel prendra part Marc Bergevin en tant que DG du Canadien. En poste depuis mai 2012, il compte 33 transactions à son actif. Certaines passeront à l’histoire, d’autres moins. Certaines ont été profitables pour le club, d’autres moins.

Les moins bonnes

34. Ben Scrivens pour Zack Kassian

Il faut prendre l’échange dans son contexte pour comprendre pourquoi il s’agit du pire effectué par Bergevin.

Lorsqu’il procède à cette transaction le 28 décembre 2015, le CH est sur une pente glissante. On ne connaît pas l’état de santé de Price. Condon ne gagne plus. Il y a urgence d’agir pour obtenir un gardien, monnaie assez courante sur le marché. Bref, c’est à Bergevin d’intervenir. Mais il n’a pu trouver mieux que le troisième gardien des Oilers, Ben Scrivens. Celui-ci n’a jamais été capable de faire mieux que Condon, comme en fait foi sa fiche de 5 victoires et 8 défaites.

33. Stefan Matteau pour Devante Smith-Pelly

Difficile d’expliquer cette transaction autrement que par l’attitude Smith-Pelly, qui déplaisait manifestement à l’organisation. Même si DSP n’est pas exactement un joueur d’impact, il reste de loin supérieur à Stefan Matteau, un bust destiné à jouer dans les ligues mineures.

32. Andrew Shaw pour deux choix de 2e ronde

Est-ce que cet échange méritait vraiment un fist-pump de Marc Bergevin, à son retour à la table du Canadien lors du repêchage?

On sait que Bergevin a une mini-obsession pour ses anciens amours de Chicago, et il a chèrement payé pour retrouver Andrew Shaw. Le contrat nouvellement négocié de Shaw — 6 ans et 23 M$ — pourrait vite devenir un lourd fardeau à porter sur la masse salariale du CH.

31. Pierre-Alexandre Parenteau et un choix de 5e ronde pour Daniel Brière

Bergevin a l’habitude de monnayer des joueurs signés à long terme contre de plus petits contrats. C’est l’inverse qui s’est produit le 30 juin 2014.

Deux trente sous pour une piastre? Pas vraiment, car le CH a racheté le contrat de Parenteau et continue à le payer : 1.3 million de piastres, pour être exact. Bref, on aurait juste pu endurer Brière une autre saison, à ce prix-là.

30. Eric Tangradi pour Peter Budaj et Patrick Holland

Quand on regarde ce que Budaj est en train d’accomplir en relève à Quick avec les Kings, on se dit qu’il aurait été bien utile au Tricolore la saison dernière. Mais difficile de jeter le blâme sur Bergevin pour ce coup, puisque le Slovaque avait demandé de quitter Montréal.

29. Shea Weber pour PK Subban

La transaction la plus médiatisée de la décennie dans la LNH : inutile de s’étendre sur davantage d’analyses.

Toutefois, quand on échange une vedette puisqu’elle est incompatible avec le système de ton entraîneur, on s’arrange pour ne pas congédier ledit coach l’année suivante. Il y a trop de variables inconnues pour savoir qui sortira gagnant de ce blockbuster, mais pour l’instant, ce n’est pas le meilleur coup de Bergevin.

bergevin

Les moyennes et les insignifiantes

28. Keegan Lowe pour Philip Samuelsson

Fraîchement approuvée.

27. Robert Czarnik pour Steve Quailer

Probablement la transaction la plus stérile et inoffensive complétée par Bergevin depuis son arrivée en poste.

C’est un spécial « on s’échange nos busts et on se croise les doigts pour un proverbial changement d’air bénéfique »… qui ne se produira pas. Les deux anciens choix de troisième ronde crépissent présentement dans la ECHL.

26. Jason DeSantis pour Brendon Nash

Disons que Marc Bergevin s’est assuré de ne pas faire trop de vagues avec sa première transaction à vie.

25. Bryan Allen pour Rene Bourque

On donne des points à Bergevin pour avoir obtenu un petit quelque chose en retour de Bourque, dont il avait hérité du règne précédent (ça, c’est une autre histoire).

Mais ce petit quelque chose, en la forme de Bryan Allen, n’aura joué que quelques matchs avec le grand club. Il ne fallait évidemment pas s’attendre à grand-chose en retour d’un gars qui était au ballotage quelques jours avant l’échange.

24. Jonathan Racine pour Tim Bozon

On espère que Racine a profité de ses jours dans l’organisation du CH, lui qui n’a disputé que 26 matchs avec le club-école avant d’être à nouveau échangé.

23. Christian Thomas pour Danny Kristo

Vous connaissez l’histoire du jeune homme qui a réussi à obtenir une maison à partir d’un trombone, à force de multiplier les trocs avantageux? C’est ce que Bergevin a tenté de faire (en vain) en échangeant une première fois Kristo pour Thomas…

22. Lucas Lessio pour Christian Thomas

… qu’il a aussitôt transigé pour un autre ailier, Lucas Lessio. Celui-ci n’a pas connu vraiment plus de succès que ses prédécesseurs.

Pour ceux que ça intéresse, il a signé un contrat au début du mois de février avec une équipe de la Suède.

21. George Parros pour Philippe Lefebvre et un choix de 7e ronde

Le dur à cuire n’aura rien cassé lors de son passage à Montréal, mais il a passé bien proche de se fracasser le crâne lors d’un combat avec Colton Orr.

Ça nous aura au moins permis de constater une bonne fois pour toutes que les bagarres entre goons, c’est dangereux et un peu niaiseux.

20. Devan Dubnyk pour des considérations futures

La carte mystère de ce palmarès. Soit il faut donner crédit à Marc Bergevin, qui avait vu venir la résurgence de Devan Dubnyk, soit il s’agit d’une simple police d’assurance, obtenue au bout de cinq minutes de négociation. Impossible de savoir, mais… ouin, probablement un coup de luck.

19. Des « considérations futures » pour Louis Leblanc

18. Davis Drewiske pour un choix de 5e ronde

Drewiske avait fait bonne impression lors de ses premiers matchs à Montréal, puis il s’est blessé et il a disparu à jamais.

C’est fair, puisqu’il est peu probable qu’on réentende un jour parler de Patrik Bastornak, que les Kings ont repêché avec le choix reçu.

17. Maxim Friberg pour Dustin Tokarski

Le CH a obtenu Maxim Friberg, qui est par la suite devenu capitaine des IceCaps.

C’est une bonne chose, hormis quoi Charles Hudon aurait peut-être hérité du « C ». Et il n’est certainement pas question que l’organisation lui octroie quelconque traitement de qualité.

16. Devante Smith-Pelly pour Jiri Sekac

Plusieurs fondaient beaucoup d’espoir en Jiri Sekac.

Dans des conditions nébuleuses, l’organisation a toutefois décidé de l’échanger quelques mois seulement après l’avoir convaincu de traverser l’Atlantique pour venir jouer à Montréal. Le CH a obtenu en retour Smith-Pelly et une bonne leçon : il faut demeurer modérément optimiste devant ces trésors cachés qui surgissent de nulle part.

bergevin

Les meilleures

15. Nikita Nesterov pour Jonathan Racine

Vous savez ce qu’on dit : un rire vaut tout l’or du monde. Et Nesterov nous a bien fait rire lorsqu’il a perdu la lame de son patin.

Cela dit, on l’échangerait quand même pour un autre défenseur qui nous fait moins rire, mais qui patine mieux.

14. John Scott et Victor Bartley pour Jarred Tinordi et Stefan Fournier

La transaction la plus mystérieuse jamais complétée par Marc Bergevin.

Elle a d’ailleurs engendré pas mal de rumeurs et de conspirations : le Canadien aurait accepté de se débrouiller avec le cas John Scott, qui gênait les Coyotes, en se débarrassant d’un Tinordi qui allait quelques semaines plus tard être suspendu pour consommation de substances interdites. Drôle d’adon. Mais eh!

La présence de Scott au Match des étoiles aura été un rayon de soleil dans la tempête que fut la saison 2015-2016 du Tricolore.

13. Zack Kassian et un choix de 5e ronde pour Brandon Prust

L’effet papillon provoqué par la signature de Brandon Prust s’étend jusqu’à loin : des frasques de Kassian à son arrivée, jusqu’à son échange contre un gardien médiocre qui n’a pas su stopper l’hémorragie entre les poteaux.

De tout ceci, qu’est-ce que l’on doit retenir? Probablement que Bergevin a vu juste, en prédisant que le jeu robuste de Brandon Prust finirait par avoir raison de son corps et que la qualité de son jeu allait en souffrir. C’est exactement ce qui allait se produire.

On aurait pu se passer des distractions causées par Kassian, et de la simple présence de Scrivens, mais on peut moins retenir de cet échange Casey Staum, repêché avec le choix reçu.

12. Dustin Tokarski pour Cédrik Desjardins

En février 2013, lorsque Marc Bergevin a obtenu Dustin Tokarski dans le cadre de sa deuxième transaction en carrière, il était loin de se douter qu’elle lui servirait bien plus d’un an plus tard.

Tokarski s’est bien débrouillé en relève à Price, lors des séries contre les Rangers, et a au moins permis au Canadien de sauver la face en remportant un match.

11. Brian Flynn pour un choix de 5e ronde

Une transaction un peu bizarre. Un peu comme quand j’ajoute par erreur un deuxième club sandwich dans ma commande en ligne au St-Hubert, Bergevin a mis la main – en l’espace de quelques minutes – sur deux attaquants de quatrième trio des Sabres. Dans deux transactions distinctes.

Il avait sûrement ses raisons… c’est quand même bon, juste un peu redondant. Comme deux sandwichs au poulet.

10. Michael Ryder et un choix de 3e ronde pour Erik Cole

Le premier gros mouvement de personnel sous Marc Bergevin est survenu de manière un peu inattendue un bon soir de février.

D’abord, il n’y avait pas vraiment de rumeurs d’échange concernant Erik Cole, même s’il ne connaissait pas une bonne saison. Ensuite : Michael Ryder?! C’est à ce moment qu’on a réalisé que Marc Bergevin aimait bien ramener des ex au bercail. L’attaquant de Terre-Neuve a été fidèle à sa réputation : excellent en saison, moyen en série. La transaction aura surtout servi à se débarrasser du long contrat de Cole.

9. Mike Weaver pour un choix de 5e ronde

Le défenseur a conquis bien des cœurs lors de son passage à Montréal, notamment celui de Max Pacioretty.

Et qui ne se souvient pas de sa superbe passe pour lancer Pacioretty en échappée en série contre Boston? Ou alors lorsqu’il a confronté Chara du haut de ses 5’10? Ou ses moult tirs bloqués? Bref, un bon soldat à modique somme.

8. Sergei Gonchar pour Travis Moen

Dans un échange un peu atypique, les Stars et les Habs ont substitué leur vétéran en fin de carrière.

Gonchar a été un bon mentor pour Beaulieu, avec qui il a connu ses meilleurs moments en carrière. Mais c’est sûr que Gonchar n’était pas un bagarreur dévoué comme Moen.

7. Un choix de 2e ronde pour Josh Gorges

Le positionnement de cet échange est directement lié à votre évaluation d’Andrew Shaw.

Ce deuxième choix obtenu en retour de Gorges a ensuite été utilisé pour acquérir Shaw. Cependant, l’utilité première de cette transaction aura été de se départir de Gorges et de son contrat, avant que sa valeur ne baisse trop.

Maintenant, on aimerait savoir ce que le CH aurait reçu si l’ancien capitaine de Kelowna avait accepté de lever sa clause de non-échange pour se rendre à Toronto.

6. Torrey Mitchell pour Jack Nevins et un choix de 7e ronde

C’est à l’approche de la date limite des transactions que Bergevin réalise ses meilleurs coups.

Torrey Mitchell n’est pas son acquisition la plus éclatante, mais le centre de Greenfield Park fait du bon travail depuis trois ans sur le quatrième trio du CH et en désavantage numérique.

Pour ceux qui se demandent, Jack Nevins joue dans la ECHL cette saison.

5. Deux choix de 2e ronde pour Lars Eller

Ce n’est pas très glamour comme échange, mais il faut admettre que Bergevin a obtenu un excellent prix pour Lars Eller, dont l’éclosion offensive est attendue depuis 2011.

Il reste à savoir quels joueurs Trevor Timmins et son équipe dénicheront avec ces choix de deuxième ronde en 2017 et 2018.

4. Thomas Vanek et un choix de 5e ronde pour Collberg et un choix de 2e ronde

Vous avez peut-être déjà entendu la légende : lorsque Gainey a fait l’acquisition d’Alex Kovalev, il avait mis à la disposition des Rangers un bassin d’espoirs, incluant Plekanec. Les Rangers ont opté pour Balej, mais ils auraient bien pu choisir le Tchèque au col roulé.

La même chose s’est peut-être produite lorsque Bergevin a dû sacrifier un jeune pour mettre la main sur Vanek, en 2014. Si les Islanders avaient plutôt demandé Lehkonen, l’échange serait perçu autrement. Mais finalement, le pari fut payant pour Bergevin puisque Collberg s’avère être un bust.

3. Dale Weise pour Rafael Diaz

Un excellent coup de Marc Bergevin, et sur plusieurs facettes.

D’abord, il faut savoir que Diaz n’avait rien coûté au CH, puisqu’il avait signé comme agent libre (ça vous rappelle Sekac, peut-être?). Ensuite, est-ce que Montréal réussit à battre Boston en série de 2014 sans Weise? Pas certain. Et ce n’est pas tout : le directeur général a bénéficié d’un excellent retour sur son investissement, en refilant ensuite Weise aux Hawks.

C’est comme recevoir des bas de laine à Noël, les user jusqu’à ce qu’ils soient troués puis les vendre à bon prix sur kijiji.

2. Philip Danault et un choix de 2e ronde pour Weise et Fleischmann

Bergevin a été vendeur à une seule occasion depuis qu’il est en poste. Et il a bien fait ça, en refilant deux illustres moyens à ses anciens boss en retour d’un joueur qu’il connaissait bien, Philip Danault.

Depuis ce temps, Weise et Fleischmann se cherchent. En fait, dans le cas Fleischamnn , il se cherche surtout un club. Et Danault, lui, fonctionne bien à Montréal.

1. Jeff Petry pour des choix de 2e et 5e ronde

C’est le meilleur coup de Bergevin, peu importe les critères : le prix payé, l’impact à court terme et à long terme.

Non seulement Bergevin a obtenu l’un des joueurs les plus sollicités en Jeff Petry, lors de la date limite des transactions de 2015, mais il a réussi à lui faire signer un contrat de 6 ans par la suite (notamment grâce à une poutine). Ce n’est pas un joueur de premier plan, mais sa présence fiable sur la deuxième unité stabilise toute la défensive du Canadien.

Et il nous a aussi permis de confirmer que de la moutarde sur de la poutine, c’est pas bon.



Commentez cet article