transactions

On dit souvent que les bonnes transactions sont celles qu’on ne fait pas. Par le passé, plusieurs directeurs généraux de la LNH se sont fiés à ce fameux dicton pour… NE PAS bouger! Certains sont passés bien près… même trop près parfois… mais se sont finalement retirés au bon moment.

En cherchant un peu sur le net, j’ai trouvé quelques transactions qui ont avorté pour une raison ou une autre et je me suis demandé ce qui se serait passé, si ces « rumeurs » s’étaient concrétisées… Ce qui suit n’est aucunement scientifique. Pas certain que vous pouvez appeler Ron avec ça ce soir…

Commençons par la plus importante (et rocambolesque avec le recul).

Vincent Lecavalier à Montréal

transactions

Crédits photo : Getty Images

À l’aube du centième anniversaire du Canadien, avouez que vous attendiez la venue du messie… Le messie Vincent Lecavalier. Bob Gainey aurait même conclu LA transaction pour rapatrier le Québécois au Centre Bell! LA transaction, qui après coup, aurait saigné le club.

En retour de Lecavalier, le Tricolore était prêt à céder plusieurs joueurs d’avenir. Deux transactions ont été rapportées à ce moment. Tomas Plekanec, Chris Higgins, Josh Gorges et un espoir à la défense (un certain P.K. Subban, vous connaissez?). Mais attendez, la deuxième option vous fera sauter un battement cardiaque. Vous être prêts? Carey Price, Max Pacioretty, P.K. Subban (ou Ryan McDonagh, c’est selon) et un choix de premier tour (!!!).

Vous avez un pouls? Ok, on continue.

Neuf ans plus tard, on n’y pense même pas, mais dans le contexte de l’époque, c’est Tampa (ou Lecavalier lui-même) qui a refusé. Disons qu’on répond assez vite à la question : qui a gagné?

Si on avait obtenu notre « sauveur », aujourd’hui le Lightning compterait non seulement sur un des meilleurs gardiens de but au monde, mais aussi sur un trophée Norris à la ligne bleue pour épauler Victor Hedman, et l’un des meilleurs duos d’attaquants de la LNH, en Steven Stamkos et Max Pacioretty.

Le Lightning aurait probablement battu les Bruins en finale de l’Est en 2011, avant d’aller gagner la Coupe Stanley contre Vancouver. Et on ne parle même pas de 2014, alors que Tampa aurait sans aucun doute battu un CH affaibli de son noyau… Et qui sait? Une autre Coupe?

On parlerait aujourd’hui de la dynastie du Lightning, au même titre que les Kings et les Blackhawks des dernières années… Et Guy Boucher aurait encore son travail derrière le banc (en plus de son nom sur le Jack Adams et quelques zéros de plus sur son chèque de paie).

Qui a dit non, finalement? Lecavalier? Le DG du Lightning à l’époque, Brian Lawton? L’un des deux propriétaires, Oren Koules ou Len Barrie? Le bureau de la LNH?

En tout cas, pensez à mettre le responsable dans vos prières. Sans le savoir, il a sauvé le Canadien de Montréal tel qu’on le connaît!

Lire l’avenir dans les gants

transactions

Crédits photo : Getty Images

Dans la capitale mondiale du hockey, il n’en faut pas beaucoup pour partir la machine à rumeurs; une simple paire de gants suffit.

À l’aube de la date limite des transactions en 2008, Marian Hossa, des défunts Thrashers, était le joueur le plus convoité.

Lorsqu’une paire de gants lettrés « M. Hossa » en bleu, blanc et rouge a été aperçue, la machine a explosé! Finalement, c’était un gros pétard mouillé. Non, ce n’était pas les gants de Marian, mais bien de Marcel Hossa. Et ce n’était pas le bleu-blanc-rouge du Canadien, mais celui des Rangers. Ah les rumeurs…

Mais quand même! Marian Hossa avec le CH, ça aurait pu donner quoi? Et bien pas grand-chose, finalement! Hossa a joué 32 matchs avec les Penguins, avant de signer avec les champions en titre de la Coupe Stanley (et ceux qui ont battu les Pens en finale), les Red Wings.

Pittsburgh avait donné trois joueurs (Colby Armstrong, Erik Christensen et Angelo Esposito, le premier choix des Penguins en 2007) et un choix de premier tour en 2008, on peut s’attendre au même genre de demande pour le CH. L’équivalent chez le CH, selon les chiffres uniquement, c’est Michael Ryder, Maxim Lapierre ou Mikhail Grabovski, un espoir sélectionné en première ronde en 2007 donc Max Pacioretty ou Ryan McDonagh, et le choix de première ronde du CH en 2008.

Ce choix du Canadien en 2008 a été utilisé dans la transaction d’Alex Tanguay au repêchage.

Donc psychologie à cinq cennes, Hossa à Montréal, ça veut dire pas de Tanguay!

MAIS!!

Hossa à Montréal, ça veut dire aussi que McDonagh aurait pu passer à Atlanta, donc, pas de Scott Gomez avec le CH.

On pousse plus loin! Pas de Gomez, pas de Brian Gionta… peut-être pas de Michael Cammalleri, donc…. Peut-être pas de Monsieur Rene Bourque, dit la Merveille de Lac La Biche! Vous voyez qu’il n’y aurait pas eu que du négatif! 😉

En rafale

transactions

Martin Brodeur dans l’uniforme des Blues, ça sonnait faux, non? Et bien d’autres joueurs de concessions auraient pu changer d’uniformes au fil des ans… On n’a qu’à penser à Steve Yzerman!

L’ancien capitaine des Red Wings est passé à quelques heures, voire, quelques minutes de porter l’uniforme des Sénateurs en février 1995! Semble-t-il que la transaction était conclue et envoyée au bureau de la LNH. Yzerman et Chris Osgood passaient dans la Capitale nationale, en retour d’Alexei Yashin, Damien Rhodes et deux choix de première ronde en 1996 (Chris Phillips) et 1997 (Marian Hossa). À la dernière minute, les Wings ont retiré l’offre de la table avant que la LNH ne l’accepte.

Donc, Hossa se serait quand même retrouvé avec les Wings, mais 11 ans avant?

Et décidément, les Wings ont bien fait de ne pas bouger dans le passé. En 2007, la direction des Red Wing aurait songé à la possibilité de se départir de Pavel Datsyuk, pour (selon eux) un meilleur joueur de séries, qui avait connu une saison similaire : le seul et unique Scott Gomez.

Tout passe par le repêchage? Pas pour les Islanders.

En 2012, les Islanders auraient été prêts à sacrifier TOUS leurs choix au repêchage si les Oilers avaient choisi Ryan Murray plutôt que Nail Yapukov.

Si le Russe avait été disponible au deuxième rang, New York aurait donné sept choix aux Blue Jackets, en retour du 2e droit de parole à l’encan amateur. Ça ne vous rappelle pas la logique d’un certain Mike Milbury?

(NDLR : il s’agit d’un textes de nos archives, certaines blagues/faits sont un peu datés.)



Commentez cet article