Trevor Timmins a fait plaisir à plusieurs samedi en pigeant à plusieurs reprises au Québec.

Par contre, le recruteur-chef du Canadien s’est solidement planté après l’encan lorsque les médias lui ont parlé de sa sélection controversée de Logan Mailloux.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Trevor Timmins ne savais pas quoi répondre à Marc-Antoine Godin lorsqu’il l’a questionné à ce propos. Même si tu ne parles pas anglais, tu vas très bien comprendre cet échange.

C’est un silence qui en dit long sur un choix qui, au final, ne se justifie tout simplement pas. Godin ne fait que demander à Timmins pourquoi il jugeait qu’il méritait d’être repêché alors que le jeune avait déclaré publiquement que ce n’était pas le cas. Le silence est extrêmement révélateur.

La 2e réponse de Trevor Timmins n’est pas meilleure

On peut comprendre que Trevor Timmins ne voulait pas empirer la situation, mais le silence n’est pas bien mieux. Le pire, c’est qu’il a demandé à Godin de clarifier sa question et la réponse qui est venue par la suite n’était pas trop glorieuse.

Timmins semblait vraiment agacé par les questions alors que c’était inévitable après une décision aussi inexplicable. Il a toutefois dit qu’il pensait que Mailloux avait été émotif lorsque son histoire est ressortie dans les médias avant le repêchage et qu’il se demande s’il pensait différemment par rapport à son statut du repêchage aujourd’hui. Même s’il a parlé de ses remords, c’est un message épouvantable à envoyer.

Il faut se rappeler que Mailloux a dit que le Canadien ne l’avait pas contacté entre son repêchage et le moment pendant lequel il avait demandé de ne pas être repêché. C’est vraiment une gestion bâclée d’un dossier extrêmement compliqué. Ceci étant dit, personne ne se sentira mal pour le Canadien, qui s’est mis lui-même dans cette situation exécrable.

C’est comme s’ils pensaient que la controverse allait finir par passer, mais c’est mal connaître la culture de nos jours et l’importance du Canadien dans celle-ci ainsi que dans le portrait médiatique québécois.

Ça parait encore pire quand un gars comme Trevor Timmins, qui a moins d’entraînement média que Marc Bergevin, en parle publiquement. Par contre, même le DG a de la difficulté à convaincre le public. Ça ne risque pas de s’améliorer si les rumeurs entourant Tony DeAngelo se concrétisent.

Une chose est certaine, malgré le repêchage de plusieurs Québécois dont tout le monde se réjouira, pour plusieurs, vendredi est la journée où l’illusion de l’importance de l’attitude dans l’organisation du Canadien s’est dissipée.



Commentez cet article