saint-valentin

Fifty Shades of Grey et le Spa Balnea ne sont pas vos seules options pour vivre une belle St-Valentin. Le sport peut très certainement vous raviver la flamme olympique le temps d’un weekend.

Lorsqu’on y pense, deux athlètes qui tombent en amour, ce n’est pas très insolite. Après tout, ils pratiquent la même activité souvent plusieurs heures par semaine, se côtoient tous les jours, vivent le même quotidien exigeant et subissent les mêmes variations de l’ivresse de la gloire et de l’adversité de l’échec.

Parmi ces couples d’athlètes, le plus célèbre est sans aucun doute celui de Suzanne et Carl Carmoni, monarques du golf miniature.

Sinon, il y en a d’autres moins importants comme Marianne St-Gelais et Charles Hamelin. Le couple de patineurs de vitesse sur courte piste nous a pourtant fait vivre de grands moments lors des deux dernières olympiades. D’ailleurs, pour la St-Valentin, rien ne vous empêche d’aller patiner avec l’être cher ce soir.

Vous pourriez même recréer les scènes de baiser des deux patineurs québécois qui ont fait le tour de la planète. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une surface glacée entourée d’une bande ou d’un amas de neige pour que les deux protagonistes y grimpent pour s’embrasser, d’une combinaison en lycra et d’un casque de vélo.

D’autres suggestions d’activités romantiques ? Glissez-vous dans la peau d’Andre Agassi et Steffi Graf pour une petite partie de tennis.

Imitez Danica Patrick et Ricky Stenhouse Jr., le couple chéri du NASCAR, et allez faire un peu de karting en amoureux.

200

Pour ceux qui vivent la fête de l’amour en solo, il est encore possible d’imiter l’élite sportive mondiale et de vous rabattre sur Tinder, toujours très populaire lors des Jeux olympiques.

Sinon, pour les gens seuls qui souhaitent ignorer le fait que c’est le 14 février, on vous suggère de regarder la rediffusion du documentaire Lindros revisité, ce soir à 23h30 sur les ondes de RDS. La saga implique les Nordiques et le gros Lindros saura tenir vos pensées loin de Cupidon et de sa gang.



Commentez cet article