2

Encore une fois cette saison, malgré la sensibilisation à la violence dans le sport, les joueurs de la LNH continuent à se fendre le crâne et à se quadraplégiquer avec des coups salauds dignes de combats de ruelle.

Que fait le comité de discipline pour régler la situation ? Il décerne aux vilains garnements des suspensions de quelques matchs (ak.a. semaine de congé) ou des amendes de 2000$ (a.k.a. 0,001% du salaire annuel). Cela revient, grosso modo, à RIEN. Comment peut-on alors se surprendre du fait que le comité de discipline n’arrive pas à imposer le respect de ses règles ?

Il est grand temps pour la LNH d’appliquer de nouvelles méthodes punitives, qui auront un réel impact sur le comportement des joueurs. Pour ce faire, je propose le projet de réforme du système discipline que voici. Prenez des notes, M. Bettman.

Méthodes «douces comme un agneau»

Photo : brigalic.centerblog.net

Dans le cas d’une première offense ou encore d’une légère offense tel qu’un délicat slashing derrière les jarrets, la LNH fera preuve de clémence envers le joueur et tentera de corriger son comportement par l’une des mesures suivantes.

1- Une nuitée au Spa Félindais

Un séjour au prestigieux Spa Félindais garantit une détente complète. Au programme : immersion dans un bain de chatons Cotonnelle, sauna vapeur Whiskas et eucalyptus, acupuncture aux griffes de siamois et surtout, le fameux massage Félinda « Tête de tigre ». À leur sortie, les gars seront doux comme des p’tits minous .

2- La Matrice Suprême

La LNH offre une session de tendresse maternelle avec Ginette Reno au joueur atteint d’une carence affective. La dodue cantatrice le serre des heures durant contre son opulente poitrine et lui chuchote à l’oreille « Quossé qui va pas, mon tit-homme ? Tu files un mauvais coton ? Chhhh! Tout va bien. Môman t’a préparé une tarte au sucre.»

3- Évaluation psychologique de pointe

Afin d’évaluer la santé mentale du joueur fautif, quoi de mieux qu’une thérapie avec Jocelyne de Radio Enfer. Réputée pour avoir dompté Carl « Le Cat » Charest, nulle psyché ne sait lui résister.

Les patients traités deviendront, je la cite : « Tiguidouyou-full-pine-flyé-au-cube-du-max ».

Méthodes fortes : « Tabasco-Napalm-à-la-Tchernobyl ».

Photo : lifebodybuilding.com

Si les joueurs osent récidiver et se comporter à nouveau comme de vils gredins, le responsable de la discipline appliquera, sans pitié aucune, les méthodes « Tabasco-Napalm-à-la-Tchernobyl », dont le nom évoque les pires souffrances.

1- La corde à linge extrême

Punition de choix pour les adeptes des coups à la tête, la corde à linge extrême implique deux éléments : 1. En défensive, Scott Stevens muni de protège-coudes en acier. 2. Le joueur puni, sans casque, qui coupe au centre en patinant à pleine vitesse.

ET BANG !, comme dirait Yvon Pedneault.

2- Le Club Med sibérien

Dans le but de refroidir les ardeurs des têtes brûlées, la LNH leur offre séjour tout inclus dans un ancien goulag sibérien. Au menu : pas de chaufferette, pas de couvertes et latrines communes. Le tout commandité par Coors, dont le slogan En veux-tu une froide ? prend un tout nouveau sens.

3- Une suspension

Dans ma version de la « suspension », le joueur est ligoté, suspendu par les pieds comme un bon vieux jambon dans Rocky et il sert de punching bag à George Saint-Pierre. Parions que même les durs de durs en ressortiront ramollis.

***

P.S. Suite à la publication de mes recommandations, Gary Bettman m’a contacté directement et a déclaré: « What the hell is this man ? ». Je ne suis pas un spécialiste de l’anglais, mais je crois que ça regarde très bien pour l’application de ma réforme d’ici 2018 !

Cordialement,

Antoine Desjardins,

Shériff de la rondelle de rubber



Commentez cet article