La Women's Revolution de la WWE

– Vous pouvez lire la première partie de ce texte ici –

Ah! Vous êtes là! La dernière fois qu’on s’est rencontrés, j’ai parlé de l’histoire de la division féminine. Maintenant, j’aimerais parler de la suite des choses, après la création de #GiveDivasAChance en 2015, découlant d’un match féminin de 30 secondes et de plusieurs années de segments comme celui-ci:

Les hashtags de 2015

La WWE prendra énormément de temps avant de réagir suite au solide burn que AJ Lee a fait subir à l’égo de Stephanie McMahon.

Après tout, nous sommes en 2015. Une période où l’entreprise propose un produit assez plate avant l’arrivée de Kevin Owens quelques mois plus tard, après des mois de niaisage du genre:

La compagnie est tellement habituée d’entendre le public chialer ouvertement que ça devient un bruit de fond. Nous sortons de l’époque LOL Cena Wins, mais sommes encore dans LOL Roman Reigns Wins qui, justement, vient de remporter un des pires Royal Rumble de l’histoire.

Le trop-plein de déception des fans engendrera ensuite le hashtag #CancelWWENetwork. La création du mouvement virtuel ne se matérialisera pas vraiment au niveau des abonnements.

Alors pourquoi la direction devrait-elle écouter #GiveDivasAChance si les fans de lutte ne sont que des chialeux qui n’agissent pas en conséquence anyway?

Après tout, dans le match de moins de 30 secondes, un spectateur soulève une pancarte Hello Ladies rappelant Val Venis, l’homme horny et son traitement tout à fait super ultra nice des femmes.

L’ego de la WWE: Then, Now, Forever

L’affaire, c’est que de l’autre côté, le grand public tourne la tête vers une femme de la UFC: Ronday Rousey. Si la compétition le fait, on peut s’assurer que la WWE n’y restera pas insensible. C’est pourquoi elle tentera d’égaliser le hype de la compagnie phare de la MMA.

Évidemment, rares sont les personnes qui affrontent un McMahon et qui en sortent avec une meilleure vie. AJ Lee quittera la WWE peu après le Wrestlemania de cette année-là.

En juillet, Stephanie s’autocongratule en important les divas de NXT et déclare que nous sommes témoins de la Divas Revolution. «Yé pour nous! Nous réglons un problème que nous avons nous-mêmes créé!»

Mais la WWE est tellement habituée de mal s’occuper de sa division féminine que de vouloir changer drastiquement revient à vouloir faire faire un demi-tour à un gros paquebot. Sans leur donner d’histoires ou de personnages clairs, les nouvelles divas sont mises en trio parce que c’est encore leur coutume de s’en foutre.

Du même coup, l’équipe composée de Paige, Charlotte et Becky Lynch perd rapidement son identité de «femmes qui font des prises de soumissions», le nom de leur formation passant de Submission Sorority à Team PCB parce que… googlez Submissions Sorority et vous comprendrez. Faites juste attention de ne pas le chercher au bureau.

Des totales divas

Au même moment, la nouvelle saison de Tough Enough bat son plein. The Miz sauve Amanda (qui deviendra Mandy Rose) uniquement parce qu’elle est hot devant un public ébahi.

À ce moment, seuls 13% des spectateurs avaient choisi de la sauver. Mon ex ne suivait plus la lutte à ce moment-là. Elle a arrêté de suivre la télé-réalité à partir de ce point tellement c’était frustrant:

La WWE essaie de faire de son mieux, mais comme c’est incrusté dans la mentalité que la lutte de femmes est inférieure à celle des hommes, c’est difficile d’exécuter de vrais changements.

La WWE fait piètre figure alors qu’il y a des fédérations de lutte exclusivement féminines qui roulaient en même temps comme JWP, Ice Ribbon, Shimmer, Shine et WSU. Même les Knockouts de la TNA étaient un des aspects qui les démarquaient.

NXT! NXT! NXT!

Une des choses les plus décevantes du début de la Divas Revolution fut qu’elle avait déjà eu lieu à NXT, devenue depuis un petit bout une excellente émission plutôt qu’une compétition louche où les annonceurs se moquent ouvertement des concurrentes.

Avec trois équipes de trois femmes à la WWE, il était impossible de pousser les neuf participantes également. Sasha Banks, qui venait de lutter un incroyable Iron Women Match à NXT TakeOver contre Bayley, était oubliée.

Évidemment, tout n’est pas mauvais. La WWE fait un pas dans la bonne direction, mais la plupart des courts matchs aléatoires sans histoire restent de courts matchs aléatoires sans histoire. Sauf qu’au lieu d’avoir une blonde contre une autre blonde, on a une fille aux cheveux oranges contre une fille aux cheveux mauves.

Et comme je disais plus haut, les équipes font moyennement du sens et ne sont que des acronymes: P.C.B. contre B.A.D, mais la WWE était ultra fière: «On a mis des femmes à la télévisions! Hourra pour nous!»

Total Bellas

Un des problèmes de 2015, c’est qu’on a beau vouloir faire la révolution, si on voit toujours les mêmes têtes au pouvoir, c’est difficile d’y croire.

Nikki Bella, une des concurrentes du Raw Diva Search, se débrouille maintenant correctement dans le ring, mais elle est à des lieux de l’expérience et du talent des nouvelles qui viennent de monter à Raw.

La WWE insiste pour lui laisser la ceinture papillonnée qui a l’air d’un jouet du Ardène parce qu’ils veulent effacer le record de longévité d’AJ Lee, celle qui est à l’origine même de ce mouvement.

Nikki Bella est non seulement associée au Raw Diva Search, mais aussi à Total Divas, qui roule depuis longtemps (et qui continue d’exister).

Lorsqu’on pense à Nikki Bella, nous sommes contraints à se remettre en tête toutes les histoires gênantes de l’ère des divas, comme être l’objet d’un rendez-vous galant si une équipe gagne un match, les fois où les jumelles qui se battent pour l’attention de Daniel Bryan ou l’horrible segment de Jerry Springer:

Nikki Bella était une diva depuis 2011, mais ce dernier moment datait d’à peine un an à cette époque. Il faudra attendre septembre pour que la ceinture change de mains et tombe dans celles de Charlotte.

L’année de la Diva Revolution se conclut lors de la remise du Slammy de la Diva Of The Year. Parmi les nommées: Naomi qui est athlétique depuis ses débuts, Paige la plus jeune championne des divas de l’histoire, Sasha Banks qui impressionne tout le monde like a boss et Charlotte qui triomphe maintenant comme championne.

Et on termine l’année en nous disant que la diva de l’année  est… PAIGE! LOL, non, R-Truth s’est trompé. Nikki Bella est la diva de l’année. Viva La Revolución!

Vers la fin des Divas

En début de 2016, on assiste à un match pour la ceinture au Royal Rumble où Ric Flair embrasse Becky Lynch de force, un an avant le #metoo:

À Wrestlemania, Lita informe l’univers de la WWE que l’utilisation du terme «diva» est maintenant révolu et que les femmes sont maintenant des «superstars» comme les hommes.

Elle dévoile aussi la nouvelle ceinture qui ressemble maintenant à un objet brandé qui a l’air d’un gros jouet pour enfants, comme celles des hommes!

Avec le terme «diva» finalement enterré, la route vers l’égalité des sexes à la WWE va surement bien se passer sans accrocs, right? RIGHT?

Évidemment que non. C’est ce que nous verrons ensemble la semaine prochaine!



Commentez cet article