En raison de la pandémie du coronavirus, Wrestlemania 36 ne sera pas présenté dans un stade de football à Tampa Bay, comme prévu, mais plutôt devant une salle vide au Performance Center de la WWE.

Avant le « Super Bowl de la lutte », Balle Courbe partage des souvenirs des éditions passées en guise de compte à rebours vers la grande soirée.


WWF_Wrestlemania_XIII_-_Cover
Il y a vingt-deux ans, le 23 mars 1997, la WWE présentait la 13e édition de Wrestlemania et, malgré le nombre malchanceux, disons que la soirée nous a offert l’un des moments qui ont lancé la « Attitude Era » qui rivalisera avec l’assaut d’une WCW féroce avec sa NWO et son approche plus réaliste.

La naissance d’une rivalité

Il faut remonter au King of the Ring de 1996 remporté par Steve Austin (qui a lancé pour la première fois son célèbre Austin 3:16) pour établir le début de la rivalité entre Austin et Bret Hart.

Absent de la WWE après son Iron Man Match contre Shawn Michaels, Hart devait endurer les insultes d’Austin après sa victoire. À son retour, huit mois plus tard, Hart avait des choses à prouver et il a accepté le défi d’Austin lors des Survivor Series pour déterminer l’aspirant au titre de la WWE.

Hart remportait ce premier chapitre et la rivalité ne faisait que commencer. Plus tard, lors du Royal Rumble de 1997, la controverse allait jeter de l’huile sur le feu de cette rivalité. En fin de match, Hart a éliminé Austin, mais les arbitres n’ont pas vu l’élimination comme ils étaient occupés à séparer une escarmouche à l’extérieur du ring. Le combat s’est poursuivi et Austin en a profité pour revenir dans le ring et faire maison nette, incluant Hart comme dernier éliminé.

Steve Austin est déclaré gagnant du Royal Rumble de 1997 et, après coup, un combat à quatre sera organisé pour couronner le nouveau champion de la WWE après l’abandon du titre par Shawn Michaels (le fameux moment où il a perdu son sourire).

Bret Hart vs Steve Austin, au prochain niveau

Hart a gagné le titre de la WWE au prochain In Your House, mais le lendemain Austin allait lui coûter le titre avec une intervention lors de sa défense contre Sycho Sid. Steve Austin et l’Undertaker allaient intervenir lors du match retour entre Hart et Sid et ça n’en prenait pas plus pour faire exploser la rivalité.

Frustré, Bret Hart allait commencer à changer son attitude pour rivaliser avec l’agressif Steve Austin et les deux allaient finir par conclure qu’un match de soumission serait le lieu de leur guerre lors de Wrestlemania 13.

Avec toute cette construction et l’historique entre les deux lutteurs, on s’attendait à une grande explosion et c’est exactement ce qui s’est produit.

Une finale mémorable

Avec Ken Shamrock comme arbitre invité, Hart et Austin se sont livré un combat mémorable et, lors de la séquence finale, Steve Austin s’est évanoui avec le visage ensanglanté lorsque Hart appliquait son célèbre Sharpshooter. Austin, malgré la défaite, n’a jamais abandonné devant Hart et la suite fait partie de l’histoire.

Bret Hart était maintenant un méchant à la WWE et l’ascension de la Hart Fondation allait le transporter jusqu’au divorce lors des Survivor Series 1997 (le tristement célèbre Montreal Screwjob). Austin, lui, allait devenir l’antihéros de la foule qui allait s’opposer à Vince McMahon et transporter l’organisation dans son Monday Night War contre la WCW.

Tout ça serait peut-être arrivé sans ce mémorable combat, mais j’aime croire qu’une histoire bien écrite était la petite poussée qui a entraîné la chute parfaite de dominos qui nous a donné l’une des meilleures époques de la WWE : l’Attitude Era.



Commentez cet article